Monde

Le gouverneur de l'Illinois (nord) Rod Blagojevich, accusé de corruption, a nommé mardi un successeur au président élu Barack Obama au Sénat des Etats-Unis, dans un geste de défi à la majorité démocrate de la Chambre haute


CHICAGO M. Blagojevich, qui est notamment accusé d'avoir voulu monnayer le siège de M. Obama au Sénat, profitant du fait qu'il s'agit d'une prérogative du gouverneur, a annoncé la nomination de Roland Burris, un Noir de 71 ans, ancien ministre de la Justice de l'Etat.

C'est "quelqu'un dont l'intégrité est indiscutable et qui a une grande expérience", a-t-il dit au cours d'une conférence de presse à Chicago. Mais les leaders du Sénat ont averti qu'ils ne laisseraient pas siéger quelqu'un qui serait nommé par Rod Blagojevich.

"Il est vraiment regrettable que malgré les demandes des 50 sénateurs démocrates (...) le gouverner Blagojevich ait fait le geste imprudent de nommer au Sénat quelqu'un qui portera la marque du soupçon et sera accusé d'illégitimité", a réagi le sénateur démocrate de l'Illinois, Dick Durbin, dans un communiqué, indiquant que cette nomination serait rejetée par le groupe de démocrate au Sénat.

M. Obama a indiqué dans un communiqué qu'il désapprouvait la désignation de son successeur par M. Blagojevich. Roland Burris "est quelqu'un de bien et un serviteur de l'Etat compétent, mais les démocrates du Sénat ont clairement signifié il y a plusieurs semaines qu'ils ne pouvaient accepter une nomination de la part d'un gouverneur accusé d'avoir voulu vendre ce même siège de sénateur", déclare M. Obama.

"Je suis d'accord avec leur décision, et il est extrêmement décevant que le gouverneur (Rod) Blagojevich ait choisi de l'ignorer", poursuit-il, estimant que "la meilleure solution pour le gouverneur serait de démissionner de son poste et permettre qu'un processus de succession légal et adéquat soit mis en place".

M. Blagojevich a été arrêté le 9 décembre pour fraude et corruption puis libéré sous caution. Des conversations téléphoniques enregistrées par la police fédérale montraient qu'il avait cherché à tirer profit de la nomination au Sénat en la proposant au plus offrant. Son avocat avait indiqué par la suite que M. Blagojevich ne chercherait pas à nommer un sénateur et qu'il était favorable à la tenue exceptionnelle d'une élection.

Mais l'organisation de cette élection a suscité une bataille entre les élus républicains et démocrates de l'Etat, les premiers accusant les seconds de vouloir bloquer le processus de crainte de perdre un siège de sénateur. M. Burris ne semble pas faire partie des personnes évoquées dans les conversations téléphoniques de M. Blagojevich.

Au cours de la conférence de presse, le représentant démocrate de l'Illinois et militant des droits civils Bobby Rush a défendu cette candidature en soulignant que depuis que M. Obama a été élu à la présidence, plus aucun Noir ne siège au Sénat des Etats-Unis.

"Je suis fier de mes réalisations au service du public", a dit pour sa part M. Burris, rappelant que le gouverneur Blagojevich bénéficiait de la présomption d'innocence. M. Burris, qui dirige actuellement une entreprise de conseil à Chicago, a été le premier Noir élu au poste de contrôleur aux comptes de l'Etat en 1982, avant de devenir le deuxième Noir des Etats-Unis à occuper un poste de ministre de la Justice d'un Etat en 1991.

M. Burris, qui a aussi été vice-président du Comité national démocrate de 1985 à 1989, a été candidat malheureux en 1984 au poste de sénateur auquel il vient d'être nommé. Il a aussi été candidat à la mairie de Chicago en 1995 et au poste de gouverneur de l'Illinois en 1998 et 2002, sans succès.

© La Dernière Heure 2008