Monde

Barack Obama est arrivé lundi matin aux Pays-Bas pour des sommets internationaux, dont un G7 consacré à l'Ukraine, selon un photographe de l'AFP voyageant avec le président des Etats-Unis.

L'avion présidentiel Air Force One, en provenance de Washington, s'est posé à 08H50 (07H50 GMT) sur la piste de l'aéroport international de Schiphol à Amsterdam, selon la même source. Les Pays-Bas sont la première de quatre étapes d'une tournée qui mènera ensuite le 44e président des Etats-Unis à Bruxelles, Rome et Ryad.

A La Haye, M. Obama doit participer à un sommet prévu de longue date sur la sécurité nucléaire (NSS), lundi et mardi, réunissant 53 pays au total, mais l'intervention de la Russie en Crimée et le rattachement de ce territoire par Moscou aux dépens de l'Ukraine a bouleversé les priorités du président.

L'heure est en effet désormais aux sanctions contre Moscou, qui pourrait se voir exclure du G8 par les sept autres membres du groupe, dont les dirigeants doivent se réunir lundi soir en marge du NSS. Il s'agira aussi pour M. Obama de rassurer ses alliés de l'OTAN face aux démonstrations de force de la Russie.

Dans un entretien publié lundi par le quotidien néerlandais De Volkskrant, M. Obama a assuré que "personne ne doit mettre en question l'engagement des Etats-Unis à (défendre) la sécurité de l'Europe". "L'OTAN reste l'alliance la plus forte et la plus efficace dans l'histoire de l'Humanité, et nous ne faiblirons jamais dans notre défense collective", a ajouté le président.

Apparemment consciente du risque de voir ses alliés dans d'autres parties du monde douter de sa fermeté, la Maison Blanche a programmé une réunion tripartite avec la présidente coréenne et le Premier ministre japonais à La Haye, où M. Obama verra aussi son homologue chinois Xi Jinping.

"S'il y a un thème commun à ce voyage, c'est l'importance fondamentale de nos alliances et partenariats", a affirmé vendredi la conseillère de sécurité nationale de M. Obama, Susan Rice, pour qui la tournée du président démontrera que "la Russie est de plus en plus isolée et que la communauté internationale, Etats-Unis en tête, soutient les Ukrainiens et leur gouvernement, et est déterminée à imposer des coûts à la Russie".