Monde

Le pape François a reconnu mercredi avoir commis "de graves erreurs dans l'évaluation et la perception de la situation" au Chili, après avoir pris connaissance des conclusions d'une enquête sur des abus sexuels commis par le clergé. Dans une lettre aux évêques chiliens, diffusée par le Vatican, le pape indique vouloir les convoquer à Rome pour discuter des conclusions de l'enquête qu'il avait diligentée, qui comprend de nombreux témoignages de victimes.

Au cours d'un voyage au Chili en janvier, le pape François avait défendu avec force l'évêque chilien Juan Barros, soupçonné d'avoir tu les crimes d'un vieux prêtre pédophile, se déclarant persuadé de son innocence et demandant aux victimes présumées des preuves de culpabilité.

Il avait ensuite présenté des excuses pour ses propos maladroits, et dépêché au Chili un enquêteur renommé du Vatican pour recueillir des témoignages de victimes présumés.

Dans sa lettre aux 32 évêques chiliens, le pape François ne fait aucune mention spécifique du cas de l'évêque Juan Barros.

Exprimant dans ce texte sa "honte" et sa "douleur" pour les vies sacrifiées des victimes d'abus, il propose aussi de les recevoir.