Monde

"Si Gérard veut avoir un passeport russe, c'est une affaire réglée"


MOSCOU Le président russe Vladimir Poutine a déclaré être prêt à accorder un passeport russe à l'acteur français Gérard Depardieu si celui-ci le souhaite.

"Si Gérard veut avoir un permis de séjour ou un passeport russe, c'est une affaire réglée, et de manière positive", a déclaré M. Poutine, interrogé lors d'une conférence de presse sur des propos prêtés en France à l'acteur, qui a annoncé qu'il quittait le pays pour des raisons fiscales.

Pas d'adoption d'enfants russes par des Américains

Le président Vladimir Poutine a jugé "appropriée" la décision adoptée la veille par la Douma (chambre basse du parlement russe) d'interdire l'adoption d'enfants russes par des Américains.

"C'est une réponse due à l'émotion de la part de la Douma, mais je pense qu'elle est appropriée", a déclaré le président russe au cours de sa première grande conférence de presse depuis son retour au Kremlin pour un troisième mandat.

La Douma a approuvé mercredi en deuxième lecture une proposition de loi interdisant l'adoption d'enfants russes par des Américains, en réponse aux sanctions prévues par la "loi Magnitski" du Congrès américain.

Celle-ci, adoptée par le Congrès, interdit l'entrée aux Etats-Unis et prévoit de saisir les biens de responsables russes impliqués dans la mort en prison en 2009 à Moscou du juriste russe Sergueï Magnitski, ou dans d'autres violations des droits de l'homme.

Vladimir Poutine a critiqué à nouveau la loi Magnitski, "un acte inamical" de la part des Etats-Unis, et s'est lancé dans une critique détaillée des "nombreux problèmes" concernant les droits de l'homme aux Etats-Unis.

Evoquant la prison de Guantanamo où sont détenues des personnes soupçonnées de terrorisme, M. Poutine a déclaré: les Américains "gardent des gens en prison depuis des années sans même leur présenter un acte d'accusation. C'est impensable. On les enchaîne, comme au Moyen-Age... et ils ont légalisé l'usage de la torture... Vous imaginez si nous avions fait ça chez nous ? Cela fait combien de temps qu'on a promis la fermeture de Guantanamo... Et ils nous disent que nous avons des problèmes !"

© La Dernière Heure 2012