Présidentielle: les premiers Français ont voté

Publié le - Mis à jour le

Monde

le scrutin du second tour a débuté à Saint-Pierre et Miquelon

PARIS Le scrutin du second tour de la présidentielle, qui oppose le président sortant Nicolas Sarkozy au socialiste François Hollande, a débuté samedi à midi à Saint-Pierre et Miquelon, ouvrant les opérations de vote en outre-mer et sur le continent américain. Les premiers des quelque 4.920 inscrits sur les listes de cette collectivité de l'Atlantique nord, voisine du Canada, se sont présentés, sous un ciel couvert et par 7°C au petit matin, devant l'un des quatre bureaux de vote de l'archipel (3 à Saint-Pierre et 1 à Miquelon).

Quand le scrutin débutera en métropole dimanche à 08H00, les 1,7 million d'électeurs inscrits de tous les départements et collectivités d'outre-mer auront déjà commencé, si ce n'est déjà fini, de voter.

Les Saint-Pierrais et Miquelonnais seront suivis par les électeurs de Guyane, Guadeloupe, Martinique, Saint-Barthélemy, Saint-Martin et par les Français vivant sur le continent américain. Puis les bureaux ouvriront à 20H00 en Polynésie française, 22H00 à Wallis et Futuna, 23H00 en Nouvelle-Calédonie, tandis que dimanche les Réunionnais pourront voter dès 06H00 (heure de Paris) et les Mahorais dès 07H00.

Ce dispositif de vote anticipé, déjà en vigueur en 2007, vise à éviter qu'en raison du décalage horaire avec la métropole, les ultramarins votent alors que l'issue du scrutin est déjà connue.

Toutefois, leurs résultats sont soumis au même horaire légal de diffusion que tous les autres, à savoir dimanche 20H00, quand seront connus les votes des quelque 46 millions de Français appelés aux urnes pour élire leur nouveau chef de l'Etat.

Présidentielle: les Français d'Amérique du Nord ont commencé à voter

Les Français du Canada et des Etats-Unis ont commencé à voter samedi pour le deuxième tour de l'élection présidentielle, avec une journée d'avance sur la métropole.

Quelques centaines de personnes se sont rassemblées sous le soleil à Montréal devant le Collège Stanislas, une école française accueillant 21 bureaux de vote dans ses gymnases.

Avec 44.000 inscrits, Montréal compte le plus grand nombre d'électeurs français en Amérique du Nord. La métropole québécoise est la quatrième ville française à l'étranger, après Genève, Londres et Bruxelles.

Au même moment, le vote a débuté dans les grandes villes de la côte Est des Etats-Unis, à New York, avec 23.000 inscrits, et par exemple dans une école élémentaire française à Chevy Chase, dans la banlieue de Washington.

Les bureaux de vote devaient ouvrir trois heures plus tard sur la côte pacifique, pour fermer partout à 20h00 locales.

La loi interdisant aux électeurs de révéler leur choix, les Français de Montréal évoquaient leur "devoir de citoyen", tout en semblant rester sceptique sur d'éventuels changements politiques, quel que soit le candidat élu.

"Je vote pour affirmer mon choix", a dit Thomas Baudry, un informaticien vivant depuis 15 ans au Québec. Mais "les candidats font ce qu'ils peuvent avec ce qu'ils ont. Ils sont un peu contraints par le contexte".

"Il y a beaucoup de mécontentement, mais la personne qui va être élue ne pourra pas faire beaucoup de changements", a estimé de son côté Michèle Barré, secrétaire d'entreprise, depuis deux ans à peine à Montréal. "L'état de l'économie est mauvais. Il faut voter pour la personne qu'on croit être sincère et vouloir faire le mieux pour le pays".

Pour Roland Daneau, agriculteur à la retraite et maire adjoint d'une commune québécoise, le choix est difficile: "il nous faut juger un candidat sur les faits et l'autre sur les promesses", a-t-il observé.


© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner