Présidentielles: les deux candidats se voient déjà au débat

Publié le - Mis à jour le

Monde

Le candidat socialiste espère "convaincre" les Français lors du débat télévisé du mai. Nicolas Sarkozy ira au rendez-vous avec "sérénité", "détermination" et "sans coach

PARIS "Qu'attendez vous du débat?", demande le JDD, dans lequel les deux candidats du second tour s'exprimaient. "Pour le préparer, j'ai travaillé sur mes propositions - pour leur donner la plus grande force possible - et j'ai étudié les contradictions ou les incohérences du projet du candidat sortant", explique le candidat PS.
"Mais surtout", ajoute-t-il, "au-delà du duel attendu, c'est vers les Français que je veux me tourner. Ce sont eux que je veux convaincre. Pas Nicolas Sarkozy ! Je veux montrer aux Français qu'une nouvelle présidence est nécessaire, dans sa forme, dans ses résultats, et dans ses finalités, notamment en matière de justice sociale", ajoute-t-il.

Le député de Corrèze, favori des sondages, fait remarquer que ce rendez-vous cathodique de l'entre-deux-tours "peut réserver des moments forts", mais que "rarement un débat a changé le sens d'un scrutin".

Pour sa part, Nicolas Sarkozy déclare que les Français attendent du débat une "confrontation" qui "les éclaire sur deux projets et deux personnalités".
"J'irai à ce débat avec ma sérénité, ma détermination, sans coach puisqu'il semble que M. Hollande en ait un", poursuit le candidat de l'UMP. "J'irai sans avoir préparé des formules parce que les Français ont droit à autre chose qu'à des phrases toutes faites, mais sans contenu", ajoute-t-il.

Interrogé sur le même sujet dans le Parisien dimanche, le président-candidat lance à nouveau une pique à son adversaire. "Le débat doit être républicain, clair. Il va falloir que François Hollande fasse ce qu'il déteste", dit-il. C'est-à-dire? "Etre franc", répond M. Sarkozy.

Publicité clickBoxBanner