Monde

Ils voulaient marcher pour le respect de l’accord de la Saint-Sylvestre, qui balise la route vers des élections.

Huit morts et une centaine d’arrestations, dont des prêtres : tel est, selon l’Onu, le bilan de la répression des marches pacifiques de chrétiens qui avaient été annoncées pour le 31 décembre. Elles entendaient réclamer la mise en œuvre de l’accord de la Saint-Sylvestre 2016, qui balisait le chemin vers des élections consensuelles mais n’est pas appliqué par le régime, et exiger du président Joseph Kabila, hors mandat depuis un an, qu’il annonce qu’il ne cherchera pas à se présenter au scrutin présidentiel, conformément à ce que lui interdit la Constitution. Selon une de nos sources, les forces de l’ordre n’ont pas exercé de violences quand un ou des casques bleus de la mission de l’Onu au Congo étaient présents.

Supplications et menaces à la télévision publique

(...)