Monde

Les ministres des Finances de l'Union européenne sont parvenus à un accord sur la réforme de la zone euro mardi, a annoncé le porte-parole de l'Eurogroupe, Luis Rego, sur son compte Twitter.

"La réunion est terminée après 18 heures (de négociations) Nous avons un accord sur la réforme de la zone euro", a-t-il tweeté.

"Nous avons un bon résultat. La réforme de la zone euro avance à pas décisifs. Merci à tout ceux qui ont aidé", a déclaré le ministre allemand des Finances sur son compte Twitter.

L'accord atteint entre les 27 ministres des Finances de l'UE (moins la Grande-Bretagne qui quitte l'Union l'an prochain pour cause de Brexit) doit encore recevoir l'accord des chefs d'Etat et de gouvernement lors d'un sommet jeudi et vendredi prochains à Bruxelles.

"La seule chose qui a le plus accroché dans les négociations, c'est, sans surprise, le budget de la zone euro", a commenté une source proche du dossier.

"Les Néerlandais freinaient, ils ont finalement bougé", a ajouté cette source.

Ce budget de la zone euro est "un budget annexe" au budget de l'UE, il utilise la même structure juridique, a poursuivi la source.

Une conférence de presse du président de l'Eurogroupe, Mario Centeno, du Commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, et du président du Mécanisme européen de stabilité (MES), Klaus Regling, est prévue pour environ 08H45 locales (07H45 GMT).

Les ministres des Finances ont négocié toute la nuit à Bruxelles.

Avant de commencer la réunion lundi, les ministres français et allemand des Finances, Bruno Le Maire et Olaf Scholz, s'étaient montrés confiants de parvenir à progresser.

"Aujourd'hui est une réunion très importante. Je crois que nous pouvons faire de grands progrès", avait dit M. Scholz.

"Nous sommes très proches d'un accord sur le filet de sécurité (en cas de faillite bancaire, ndlr) et la réforme du Mécanisme européen de stabilité (MES, le pompier de la zone euro pour les crises de la dette, ndlr)", avait estimé M. Le Maire.

En revanche, sur le budget de la zone euro, l'une des idées phares du président français Emmanuel Macron, M. Le Maire avait fait comprendre que les discussions étaient moins avancées.