Royal, Bayrou, Morano OUT - Marion Le Pen et Gilbert Collard IN

Dorian de Meeûs Publié le - Mis à jour le

Monde

Le Front national entre à l'Assemblée, alors que plusieurs personnalités perdent leurs sièges. Le PS obtient une majorité absolue au sein de l'hémicycle


PARIS Dans un scrutin marqué par un taux d'abstention record (44%), la candidate socialiste Ségolène Royal est battue à La Rochelle par le socialiste dissident Olivier Falorni qui obtient 58% des suffrages, contre 42% pour l'ex candidate à l'élection présidentielle. Ce n'est pas une surprise, puisque plusieurs instituts de sondages l'avait prédit ces derniers jours.

Dans un discours, extrêmement critique envers la droite et le candidat socialiste dissident, prononcé depuis La Rochelle avant 20h (une première), Ségolène Royal accuse son rival de "trahison". Pire, elle parle de lui comme "un candidat de droite", alors que Falorni est un fidèle soutien de François Hollande depuis de nombreuses années. Martine Aubry et Laurent Fabius ont suivi le discours de la candidate battue de manière médusée depuis les coulisses d'un studio de télévision... On notera enfin que pour Ségolène Royal, le tweet de soutien de Valérie Trierweiler à son rival "n'a pas arrangé les choses".

Olivier Falorni, qui souhaite intégrer le groupe socialiste à l'Assemblée nationale, se réjouit de la victoire de la démocratie face à un parti qui a voulu imposer un choix à l'électeur. Mais Martine Aubry refuse de répondre à la demande d'Olivier Falorni ce dimanche soir.

Jack Lang perd son siège suite à son duel perdu de justesse dans les Vosges.

Comme attendu, François Bayrou (Modem) est largement battu dans une triangulaire à Pau avec 30.17% contre son rival socialiste qui décroche 42.78%. Il perd ainsi son dernier mandat national. L'avenir politique du centriste - éternellement en campagne présidentielle - est incertain suite à cette gifle électorale.

Le Pen entre à l'Assemblée, mais pas Marine

Dans une bataille très serrée, Marine Le Pen a perdu de justesse à Hénin-Beaumont face au candidat socialiste (49.9%). Vu le très faible écart, la présidente du Front national demande que l'on recompte les bulletins de vote. Dans le même temps, sa jeune nièce Marion Maréchal-Le Pen décroche facilement un siège à Carpentras avec quelques 42% dans une triangulaire traditionnelle, ainsi que Gilbert Collard dans le Gard, où la bataille fût plus rude.

On retiendra aussi que Nadine Morano, ancienne ministre UMP, est battue par son adversaire socialiste Dominique Potier à Toul. Elle accuse l'humoriste Gérald Dahan - militant socialiste - d'avoir influencé les résultats en lui tendant un piège téléphonique en fin de semaine.


Autre ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, Michèle Alliot-Marie, est battue dans les Landes. Le sort de Claude Guéant, qui se frotte au verdict des urnes pour la toute première fois, n'est pas meilleur. Il manque ce premier rendez-vous avec les Français, car devancé par le candidat dissident UMP Thierry Solère. Par contre, l'ancienne porte-parole du candidat Sarkozy, NKM l'emporte, malgré les tentatives du FN de la faire trébucher. C'est presque une miraculée à droite.


Au centre de l'échiquier politique, Jean-Louis Borloo et Hervé Morin retrouveront leurs sièges à l'Assemblée.


Large victoire pour le PS français

Le Parti socialiste et ses proches alliés remportent la majorité absolue à l'Assemblée nationale:


Le PS et ses alliés radicaux de gauche, divers gauche et chevènementistes obtiennent 314 sièges, soit largement plus que la majorité absolue (289), EELV 17, le Front de gauche 10.


L'UMP et le Nouveau Centre ont entre 229 sièges, le FN et le Modem 2.


François Hollande et le gouvernement (tous les ministres sont élus) n'auront ainsi pas besoin des députés écologistes ou du Front de gauche pour obtenir la confiance de l'Assemblée nationale et pour faire passer leurs projets de loi.


La gauche en tête outre-mer



En Outre-mer, la gauche remporte 18 sièges, la droite 7 et le Modem 1. Un siège reste encore incertain. D'autre part, la gauche remporte tous les sièges en Guyane, Martinique, Guadeloupe, Réunion (sauf 1 Modem), St-Pierre. La droite remporte tous les sièges dans le Pacifique et St-Martin.


L'entre-deux-tour et ses polémiques


La semaine a été marquée par plusieurs polémiques. La gauche a accusé l'UMP de préparer "une alliance stratégique" avec le Front national.


A gauche, un tweet d'encouragement envoyé par Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, au rival dissident de Ségolène Royal à La Rochelle a provoqué la consternation au PS.

Publicité clickBoxBanner