Monde

La police recherchait lundi dans au moins quatre Etats américains le meurtrier présumé d'un vieil homme à Cleveland, qui a diffusé son assassinat sur Facebook et annoncé son intention de tuer d'autres personnes.

"J'en ai tuées 13, et je cherche à en tuer une quatorzième au moment où je parle", a déclaré le tueur présumé, identifié par la police comme Steve Stephens, dans une vidéo diffusée dimanche sur le réseau social Facebook et reprise par plusieurs médias.

Pour autant, la police de Cleveland a souligné lundi qu'"aucune victime supplémentaire" de M. Stephens avait été "localisée". Les meurtres revendiqués "ne sont toujours pas vérifiés", a insisté la police lors d'une conférence de presse.

Le chef de la police de cette ville de l'Ohio (nord), Calvin Williams, a appelé les habitants à l'aider à retrouver le tueur présumé, qui est "armé et dangereux".

Ce dernier, un Noir chauve et barbu âgé de 37 ans, a pris la fuite à bord d'une Ford Fusion blanche et pourrait avoir rejoint un autre Etat: l'Indiana, le Michigan (nord), la Pennsylvanie ou New York (est).

"Les policiers ont fouillé hier soir des dizaines d'endroits, (...) en vain. Nous savons que Steve se trouve quelque part. Nous ne savons pas dans quelle condition ni bien sûr où. Nous demandons au public de rester vigilant", a précisé M. Williams.


Après un déjeuner de Pâques

Dimanche à 14H00 heure locale (18H00 GMT), Steve Stephens croise en voiture un vieil homme qu'il ne connait pas, Robert Godwin Sr, 74 ans, en train de marcher lentement sur le trottoir.

Sur la vidéo du meurtre, distincte de ses déclarations à propos d'autres victimes, qu'il a aussi diffusée sur Facebook, Steve Stephens sort de son véhicule et demande au vieil homme de répéter le nom d'une personne. Celui-ci s'exécute avant d'amorcer un mouvement de recul pendant que son meurtrier déclare: "elle est la raison pour laquelle cela va vous arriver".

Robert Godwin Sr, coiffé d'une casquette et vêtu d'une chemise à carreaux, revenait d'un déjeuner de Pâques chez son fils Robert Godwin Jr.

Ce dernier a confié aux médias locaux que son père, un ancien ouvrier à la retraite noir qui avait neuf enfants, était "un homme bon".

"Je ne veux vraiment pas voir" la vidéo, a ajouté le fils de la victime au site d'informations locales @clevelanddotcom.

Ryan Godwin, qui affirme être le petit-fils de la victime, a prié sur Twitter les internautes de cesser de diffuser la vidéo du meurtre, par "respect" pour son grand-père.

Un porte-parole de Facebook a jugé le crime "horrible" et précisé que le tueur n'avait pas utilisé la fonctionnalité Facebook Live mais téléchargé une vidéo. Il a rappelé dans plusieurs médias que le réseau social "travaillait dur pour que Facebook reste un réseau sécurisé et qu'il était en contact avec les forces de l'ordre quand il y avait des menaces physiques directes".


Règlement de compte en direct

M. Williams a précisé que la police avait eu "un contact direct" téléphonique avec le suspect et lui avait demandé de se rendre, mais que "rien ne s'est produit à ce stade".

"Le but évidemment (...) c'est de retrouver M. Stephens avant qu'il ne commette d'autres crimes", a déclaré à ses côtés un représentant du FBI, Steve Anthony.

Ce meurtre diffusé sur un réseau social rappelle une affaire de double meurtre à Chicago, dont la scène diffusée en direct sur Facebook en février avait choqué l'Amérique.

Un garçonnet de deux ans, Lavontay White, se trouvait à l'arrière d'une berline rouge en compagnie d'une tante de 20 ans qui se servait de Facebook Live et d'un homme de 26 ans, quand ce dernier a été la cible d'un règlement de compte.