Monde Accusé de viols, l'islamologue a dû admettre certains faits.

Changement de discours. Selon Europe 1, Tariq Ramadan niait jusqu'à présent tout rapprochement avec les deux premières présumées victimes. Toutefois, il a reconnu avoir passé un moment intime avec la troisième plaignante. 

En effet, confronté à cette dernière, l'homme a dû reconnaître les faits. La quadragénaire a fourni des preuves prouvant leur "relation" comme des captures d'écrans, des messages crus à tendance sado-masochistes, des vidéos et des enregistrements audio comme l'explique Europe 1

Une robe tachée du liquide séminal de l'accusé a été fournie aux enquêteurs. 

Il nie toujours avoir eu des relations sexuelles avec les deux autres femmes, simplement d'avoir bu un café en leur compagnie.

Les médecins ont par ailleurs confirmé que Tariq Ramadan souffrait de sclérose en plaque mais reste en détention. 

Pour rappel, l'islamologue est accusé de viols en France, en Suisse et aux Etats-Unis.