Monde

Les sauveteurs belges de B-Fast attendaient toujours le feu vert mardi midi heure locale (08h00 heure belge) pour quitter New Delhi (Inde), où l'avion les transportant se trouve actuellement, en direction de la capitale népalaise Katmandou. 

Alors que l'équipe s'est retrouvée à l'aéroport indien, deux de ses membres se sont déjà rendus sur place dans une tentative d'accélérer l'arrivée de leurs collègues. L'A320, qui devait atterrir lundi à Katmandou, a finalement dû se poser à New Delhi car le petit aéroport international népalais n'est actuellement pas en mesure de faire face au flux de l'aide humanitaire qui y est acheminée. Dix-sept appareils ont ainsi subi le même sort que celui transportant les sauveteurs belges et dix tonnes de matériel. D'autres avions se dirigent en outre encore vers Katmandou.

Deux membres de l'équipe B-Fast se sont, entre-temps, déjà rendus sur place et sont en contact permanent avec le centre de coordination des Nations Unies et les autorités népalaises afin de tenter d'accélérer l'arrivée de leurs collègues.

Les sauveteurs belges sont spécialisés en "Urban search and rescue", soit la recherche de survivants sous les décombres. Chaque minute compte cependant pour pouvoir retrouver des survivants. Septante-deux heures se sont déjà écoulées depuis le séisme de samedi. Ils peuvent encore toujours se rendre utiles mais ne sont, par exemple, pas en mesure de fournir une aide médicale importante et ne disposent pas d'un hôpital de campagne, ce dont on a grand besoin sur place.