Monde

Washington et Pékin ont conditionné vendredi la tenue du sommet historique entre Donald Trump et Kim Jong Un à la réalisation de la promesse faite par la Corée du Nord: oeuvrer à une "dénucléarisation complète" de la péninsule coréenne et mettre fin aux tests nucléaires et balistiques. Dans la soirée, le président américain a fait savoir sur Twitter "qu'un accord avec la Corée du Nord est vraiment en préparation et ce sera, s'il est conclu, un très bon (accord) pour le Monde. Date et lieu restent à déterminer".

La rapidité avec laquelle M. Trump a accepté l'offre du dirigeant nord-coréen de se rencontrer a pris de court jusqu'au chef de sa diplomatie Rex Tillerson, en déplacement en Afrique. "Maintenant, il faut s'accorder sur le timing de leur première rencontre et cela prendra des semaines avant que tout soit réglé", a précisé M. Tillerson à Djibouti.

Aucun détail n'a filtré sur ce qui serait le premier sommet entre un président américain en exercice et un dirigeant de la Corée du Nord.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a souhaité que cette annonce débouche sur des "progrès concrets" dans le dossier nucléaire et sur une possible reprise de ses inspections en Corée du Nord.