Monde
La justice française a confirmé l'arrestation du frère de Saad al-Hilli lundi matin dans l'affaire de la tuerie de Chevaline dans les Alpes et la perquisition effectuée à son domicile britannique ainsi qu'au golf dont il est le gérant. "Nous avons estimé qu'il y avait suffisamment de charges pour l'entendre sous le régime de la garde à vue", a dit à l'AFP le procureur de la République d'Annecy (est) Eric Maillaud. "Nous devons lui poser des questions sur son emploi du temps, ses relations avec son frère et l'héritage familial", a-t-il ajouté.

"La piste familiale reste privilégiée, même si aucun élément nouveau n'est dernièrement apparu", a toutefois souligné le magistrat. Un différend entre Saad et Zaid à propos de l'héritage de leur père portant sur plusieurs millions d'euros, en argent, en biens et en immeubles avait émergé au cours de l'enquête.
Zaid al-Hilli, soupçonné d'avoir "participé à un complot pour commettre un meurtre", a été interpellé lundi matin, ont précisé les enquêteurs britanniques dans un communiqué.

Le quinquagénaire avait été convoqué le 21 juin par les juges d'instruction en France, mais il a refusé de se déplacer, ce qui explique notamment son placement en garde à vue, a précisé M. Maillaud.

Le 5 septembre dernier Saad al-Hilli, un Britannique d'origine irakienne âgé de 50 ans avait été retrouvé mort dans sa voiture, aux côtés sa femme Iqbal, 47 ans, et de sa belle-mère Suhaila al-Allaf, 74 ans, dans les Alpes françaises.
Une quatrième victime, un cycliste français, Sylvain Mollier, gisait, sans vie lui aussi, à proximité de leur véhicule.