Tuerie de Chevaline: un seul tueur selon la survivante de 7 ans

Publié le - Mis à jour le

Monde

Cet homme ne peut être le fils d'une des victimes

CHEVALINE La fillette de sept ans, rescapée de la tuerie dans les Alpes françaises dans laquelle elle a été grièvement blessée, a dit avoir vu un seul tueur, a annoncé vendredi une source proche de l'enquête à l'AFP.

Avant d'être rapatriée en Grande-Bretagne, la petite fille, sortie du coma depuis peu, a dit aux enquêteurs avoir vu "un méchant", a précisé cette source, infirmant la thèse de la possible présence de plusieurs tueurs.

Ce témoignage très attendu, non confirmé de source officielle, met à mal la théorie de la présence de plusieurs tueurs, née après la découverte de près de 25 douilles sur la scène de la tuerie à Chevaline près du lac d'Annecy.
Selon les premiers examens balistiques dévoilés lundi, une seule arme a été utilisée, un pistolet automatique de calibre 7,65 mm, un calibre moyen considéré comme ancien par des experts.

Lors de cette fusillade, la petite Zainab al-Hilli, grièvement blessée à la tête par le tueur, a perdu son père et sa mère, des Britanniques d'origine irakienne, et sa grand-mère maternelle de nationalité suédoise, abattus dans leur voiture sur un chemin forestier près de Chevaline. Un cycliste français, vraisemblablement victime collatérale du drame, a aussi été tué.

Le fils d'une des victimes hors de cause

Le fils de la victime la plus âgée du quadruple meurtre de Chevaline (Haute-Savoie), un temps soupçonné en raison de ses antécédents de violence, "était hospitalisé" quand la tuerie a eu lieu et ne peut donc être le meurtrier, a-t-on appris vendredi de source proche de l'enquête.

Cet homme "violent était hospitalisé en Grande-Bretagne quand la tuerie a eu lieu", a indiqué cette source, fermant une piste ouverte jeudi par des documents de justice à Stockholm, selon lesquelles Mme al-Allaf, tuée avec sa fille et son gendre, a été battue de longues années par son fils.

D'après ces documents, son fils Haydar Thaher, 46 ans, de nationalité suédoise, "a offensé, menacé et battu ses parents à plusieurs reprises pendant un temps très long". La police est intervenue huit fois entre 2001 et 2007 à leur domicile dans la banlieue sud de Stockholm.

M. Thaher a toujours vécu chez ses parents en raison de problèmes psychologiques, le père évoquant tour à tour des "troubles obsessionnels compulsifs" et de la schizophrénie. Placé sous curatelle en 2003, il a été interné en psychiatrie en 2006 après une intervention de la police, et placé en détention en 2007 pour avoir battu ses parents, avant d'être libéré.

Il n'avait pas fait parler de lui depuis le quadruple homicide commis le 5 septembre sur un parking des Alpes, qui a coûté la vie à Suhaila Al-Allaf, sa fille Iqbal et son gendre Saad al-Hilli, ainsi qu'au cycliste français Sylvain Mollier, apparemment victime collatérale.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner