Monde Le drame s’est déroulé vendredi dernier alors que l’homme naviguait avec des amis.

Un terrible drame s’est joué ce vendredi après-midi en Hongrie pour un Belge. L’homme s’est noyé dans le lac Balaton, situé dans l’ouest de la Hongrie, comme l’a indiqué ce dimanche le ministère des Affaires étrangères. Il s’agirait de Danny Eggers, âgé de 52 ans et originaire de la province d’Anvers. Il résidait à Massenhoven, selon nos confrères néerlandophones.

L’homme était parti naviguer avec des amis sur le lac Balaton. Ils se trouvaient à environ 200 mètres du port, selon un média hongrois. Les circonstances de l’accident ne sont pour le moment pas encore connues. Les quatre personnes présentes sur le bateau auraient bu de l’alcool avant de plonger dans l’eau, mais le Belge n’est jamais remonté à la surface, toujours selon des sites d’informations hongrois.

Les recherches étaient particulièrement difficiles car les autres occupants du voilier n’ont pas pu indiquer l’endroit exact où le Belge avait plongé. Le bateau ne s’était, en réalité, pas immédiatement arrêté après le plongeon de l’homme de 52 ans. Les autorités avaient lancé des recherches avant de les suspendre samedi après-midi. Des sonars ont notamment été utilisés dans le lac afin de retrouver l’homme, mais sans résultats. Les policiers et les services de secours mobilisés sur place ont également utilisé des bateaux et un hélicoptère afin de tenter de localiser l’homme. C’est le deuxième accident mortel de ce type au lac Balaton cette année.

Cet accident en milieu nautique rappelle celui survenu juste la veille, soit jeudi, au Portugal. Vic, un petit garçon âgé de 7 ans originaire de Zoersel (Anvers), jouait dans l’eau lorsque son bras s’est retrouvé coincé dans le filtre de la piscine. Alertés à 13 h 43, les pompiers étaient parvenus à dégager l’enfant à 14 h 06, après avoir démonté le système de pompage de la piscine. Après plus de vingt minutes sous l’eau, l’enfant était en arrêt respiratoire. Il a été transporté d’urgence à l’hôpital Dona Estefânia, à Lisbonne. Son état est critique.