Monde

Un conducteur fou s'est rué sur des cyclistes lors d'une manifestation, faisant une quinzaine de blessés



PORTO ALEGRE La vidéo est fort, presque insoutenable, alors que la séquence ne dure finalement que quelques secondes.

Voilà ce qui se serait passé le vendredi 25 février.

Ce jour, des cyclistes de Porto Alegre organisent une masse critique : un rassemblement de vélos pour montrer leur présence dans la ville. L'un d'entre eux filme l'événement avec une caméra portable.

Soudain, une voiture arrive par derrière. Appels de phares, le conducteur pousse légèrement et veut avancer. On ne sait pourquoi, il décide d'appuyer sur le champignon. Quinze personnes au moins sont touchées, dont huit devront être envoyées à l'hôpital.

Selon les sources de différents sites d'informations portugais que nous avons pu réunir, une dispute aurait éclaté entre les cyclistes et le conducteur avant que ce dernier ne passe à l'acte. Le véhicule a ensuite fui l'endroit, mais a été poursuivi sur plusieurs blocs, avant de se retourner sur le toit.

"Il a accéléré et délibérément foncé sur l'ensemble du groupe", rapporte le journaliste Ponso Leo, qui était sur le trottoir, occupé à regarder le passage des vélos, et qui a vu la collision. Frites, l'un des membres de la masse critique, était derrière les cyclistes. Il a été parmi les premiers à être atteints. "Le pilote a mis le pied sur l'accélérateur et est parti."

L'avocat du conducteur a déclaré que son client se rendrait à la police ce lundi matin. Le procureur, lui, attend d'avoir toutes les versions : "Il y a eu une action et une réaction. Demain nous entendrons l'autre partie. Ensuite, nous examinerons ce qui s'est passé et si l'action était intentionnelle ou non".

L'avocat a laissé entendre qu'il y avait des excès des deux côtés, à savoir, les cyclistes et les conducteurs. "Le groupe doit être accompagné par l'EPTC (Corporation for Public Transport and Circulation) et la Brigade militaire (BM, la police militaire Gaucho) sur le circuit. "L'un doit coordonner la circulation, et l'autre s'occupe de la sécurité", a-t-il expliqué.

Il n'empêche que les images sont d'une rare violence. Par chance, il n'y a pas eu de mort.

Retrouvez les vidéos ci-dessous.

© La Dernière Heure 2011