Monde

Le correspondant vedette du New York Times à la Maison Blanche, Glenn Thrush, a été suspendu par la direction du quotidien après que plusieurs femmes l'ont accusé de harcèlement sexuel, a indiqué lundi une porte-parole. Passé fin 2016 du site Politico au New York Times, Glenn Thrush est l'un des grands noms du journalisme politique aux Etats-Unis.

Depuis l'investiture de Donald Trump, l'émission "Saturday Night Live" sur NBC l'a même mis en scène dans plusieurs sketches (joué par Bobby Moynihan) face à l'actrice Melissa McCarthy, qui jouait l'ancien porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer.

Dans un article publié lundi sur le site Vox, la journaliste Laura McGann raconte comment, il y a cinq ans, dans un bar, Glenn Thrush lui a mis la main sur la cuisse et l'a embrassée, sans son consentement.

Trois autres femmes lui ont affirmé avoir vécu des expériences similaires, lors desquelles le journaliste connu pour le chapeau en feutre qu'il porte en permanence, les a touchées ou embrassées lors de soirées arrosées.

"Chacune de ces femmes m'a décrit des impressions différentes au sujet de ces expériences: paniquée, violée, honteuse, perturbée", a-t-elle écrit. "J'étais, et je suis, en colère", a-t-elle dit au sujet de son propre ressenti.

Dans tous les cas, selon Laura McGann, il s'agissait de jeunes journalistes d'une vingtaine d'années. Les derniers faits remonteraient à juin, selon l'article, la victime présumée fondant en larmes devant Glenn Thrush.

Depuis les révélations concernant Harvey Weinstein, les accusations de harcèlement ou d'agression sexuelle visant des acteurs, des réalisateurs ou des producteurs se succèdent. La lame de fond s'est même étendue bien au-delà de Hollywood au monde de l'entreprise, aux médias et à la politique.

Ce qui s'est passé en juin "a changé ma vie", a expliqué le journaliste du New York Times à l'auteur. "Cette femme a été bouleversée par mon comportement et j'en suis désolé."

"Depuis plusieurs années, j'ai réagi à une série de crises personnelles et de santé en buvant beaucoup", a-t-il poursuivi. "Durant cette période, j'ai fait des choses dont j'ai honte."

"Je ne bois plus depuis le 15 juin 2017, j'ai repris la thérapie et je vais bientôt démarrer un traitement pour alcoolisme", assure-t-il. "Je travaille dur à essayer de réparer les dommages que j'ai causés."

Pour le New York Times, ces allégations sont "très préoccupantes" et ne correspondent pas "aux standards et aux valeurs" du quotidien, a expliqué le groupe dans une déclaration transmise par une porte-parole.

Les responsables du journal indiquent que, dans l'attente des conclusions de leur propre enquête, Glenn Thrush a été suspendu de ses fonctions.