Monde

Un entrepreneur de Rozoy-sur-Serre dans l'Aisne en France a retrouvé le logement qu'il louait à une famille totalement saccagé. Sa vengeance est superbe mais celle-ci pourrait lui causer des ennuis.

Louer un bien peut comporter certains risques. Pour Thomas Ravaux, entrepreneur spécialisé dans les travaux de couverture, les risques se sont transformés en cauchemar! En effet, l'ancien locataire d'un de ses biens n'a pas payé ses loyers pendant 14 mois et a même saccagé le logement qu’il louait. Inutile de décrire l’état de colère dans lequel le bailleur s'est alors retrouvé lorsqu'il a retrouvé son appartement une fois que le locataire avait quitté le logement.

«Voilà comment je récupère un logement après 14 mois d’impayés. [...] Vivre avec trois enfants comme cela, chapeau!!! Sans oublier la nourriture perdue dans le frigo offert par les restos du cœur», écrit-il dans un post Facebook.

© D.R.


© D.R.


© D.R.


© D.R.

Le quotidien Le Figaro a réussi à contacter le propriétaire qui a expliqué la situation de la famille qui se trouvait dans le logement. "Je louais ce logement de 120 m² depuis cinq ans à un couple de chômeurs avec trois enfants pour la somme de 420 euros par mois. C’est la CAF (Caisse d’allocations familiales) qui paie le loyer. En avril 2017, je reçois une lettre de la CAF qui me demande de rembourser le loyer du mois. Ils m’apprennent que les locataires sont partis alors que je n’ai reçu aucune lettre de dénonciation de bail, de préavis ou de lettre de sortie. J’ai tenté de les contacter mais je n’ai eu aucune réponse."

Légalement parlant, pendant un an, le propriétaire ne peut pas intervenir: "Les volets étant fermés, je ne pouvais pas constater dans quel état était l’appartement à l’intérieur." Le quotidien annonce également que selon la loi, tant que le bail est toujours en cours, le propriétaire ne peut pas entrer dans le logement.

C'est ensuite grâce à un habitant du même immeuble et qui, par la même occasion, est aussi un locataire de cet entrepreneur qui lui a averti que des odeurs très désagréables polluaient le bâtiment. Et c'est là que le propriétaire est tombé et a constaté les dégâts. "Il y avait des ordures et des déchets empilés, des crottes de chiens sur le parquet et de l’urine sur le mur. Je ne sais pas pourquoi ils ont fait cela. Je n’ai jamais eu aucun problème avec eux."

Un sentiment de vengeance a alors parcouru Thomas Ravaux. Avec l'aide de six de ses salariés, ils ont rassemblés tous les déchets et les objets saccagés dans une benne afin de la déverser devant le nouveau logement de ses anciens locataires.


Une vengeance que le propriétaire ne regrette pas du tout mais qui pourrait avoir des conséquences financières et pénales. "Mes anciens locataires étaient chez eux mais n’ont pas bougé, poursuit-il. Les gendarmes sont venus et m’ont demandé de reprendre les détritus et de les jeter dans la déchetterie. J’ai refusé. Avec des amis, ils ont enlevé les détritus et les ont jeté eux-même à la déchetterie", indique-t-il toujours au Figaro. La remise en état de son appartement va lui coûter environ 15.000 euros. 

"Les anciens locataires ne paieront pas car ils sont insolvables. J’ai pris contact avec la médiatrice de la CAF et attends sa réponse. J’attends des nouvelles de la gendarmerie aussi...", conclut-il. Les détritus ayant été jetés sur la voie publique, aucune plainte ne devrait être déposée par ses anciens locataires. 

En revanche, il risque une amende pouvant aller jusqu’à 1500 euros pour "abandon de détritus sur la voie publique".