Monde

La police américaine a placé dimanche sous très haute sécurité les environs de la Maison Blanche, où ont commencé à se rassembler un petit groupe de sympathisants néonazis et des centaines de contre-manifestants un an après les incidents meurtriers de Charlottesville, symbole d'une extrême droite décomplexée sous Donald Trump. 

Une vingtaine de suprémacistes blancs sont arrivés dans l'après-midi dans une station de métro du centre de Washington. Parmi eux figuraient Jason Kessler, organisateur de l'événement et déjà à l'origine du rassemblement de l'an dernier à Charlottesville.

Les manifestants ont été accueillis par au moins 300 militants antiracistes qui leur ont crié "Honte à vous" et "Partez de ma ville".

Escortés par de nombreux policiers, les sympathisants néonazis ont ensuite fait route vers le lieu prévu du rassemblement. L'organisation informelle "Unite the Right", qui était à l'origine du rassemblement de Charlottesville (Virginie), a reçu l'autorisation de réunir 400 personnes dans le square Lafayette, devant la résidence présidentielle, à partir de 17H30 et durant deux heures seulement.

Il n'était pas encore clair si davantage de sympathisants néonazis devaient se joindre au petit groupe déjà arrivé. Pour empêcher tout contact entre manifestants et contre-manifestants, un important dispositif policier a été mis en place, avec plusieurs artères interdites à la circulation.

Des centaines de contre-manifestants, dont des antifas, avaient commencé à se rassembler dès le début d'après-midi, brandissant notamment des pancartes disant "Non aux nazis, non au Ku Klux Klan, non à une Amérique fasciste".

Certains "disent que la meilleure stratégie, c'est d'ignorer les suprémacistes blancs, que nous leur accordons trop d'attention. Mais nous pensons vraiment que ce serait une énorme erreur de laisser des fascistes battre le pavé dans la capitale du pays, sans opposition", a dit à l'AFP Kei Pritsker, 22 ans, une volontaire de Answer Coalition, un groupe antiraciste.

Un autre contre-manifestant, un Américain noir qui a seulement donné son prénom --Jim-- a dit avoir le sentiment que les Etats-Unis étaient plus racistes sous Donald Trump.

"Ça a enhardi les mecs blancs. Quand ils marchent sur le trottoir, leur position c'est +tu as intérêt à bouger de mon chemin+", a-t-il dit à l'AFP. "C'était subtil, ça ne l'est plus, tu le prends en pleine face. C'est comme l'Allemagne nazie". Unite the Right a dit à ses partisans de ne ramener que des drapeaux américains ou confédérés, et de ne pas répondre "avec colère" aux "provocations". Les armes à feu ont été interdites sur les lieux de la manifestation, même pour les personnes ayant des permis.