New-Tech La grosse update "April 2018" provoque la paralysie totale de certains ordinateurs... Les réparateurs sont dans le rush.

Parfum de crise pour certains utilisateurs de PC sous Windows 10. Comme à son habitude, Microsoft a déployé, à partir de la fin avril, par vagues successives, sa grosse mise à jour semestrielle. Intitulée "April 2018", elle fait regretter à bien des utilisateurs d’avoir validé son installation ou coché la case "Accepter les mises à jour automatiquement", dans Windows Update.…

Et pour cause : une fois téléchargée, la mise à jour, en plein processus d’installation, risque d’aboutir sur deux conséquences aussi fâcheuses l’une que l’autre : soit un refus catégorique de la machine de redémarrer pour de bon (après une série, tout à fait normale, de redémarrages réguliers intervenant dans le processus d’installation), soit, après une ouverture de session, un atterrissage sur un écran noir où l’ordinateur est vidé de toute sa substance (données, programmes, pilotes…).

Précision de taille : ce crash ne survient pas sur toutes les machines. Si vous êtes déjà sous Windows 10 April 2018 (version 1803), vous avez passé le barrage sans encombres. Si la mise à jour ne vous a pas encore été proposée (c’est peu visible, une alerte dans le centre de notifications), un bon conseil : interrompez temporairement l’application de mises à jour automatiques dans les paramètres du Centre Windows Update de votre PC. Prudence est mère de sûreté…

En revanche, si vous êtes confronté au problème du Black Screen, là, c’est plus fâcheux. " Depuis le début de la semaine, on a déjà eu une grosse dizaine de cas pour mon seul magasin. On voit des gens défiler avec un écran noir et juste la corbeille sur leur bureau. Il n’y a plus de drivers, donc plus de son, plus Internet, même en connexion câblée. Puis surtout, les données personnelles et programmes sont inaccessibles", nous explique Thomas, responsable de l’enseigne Mister Genius de Jette.

" Sur les forums spécialisés, la question fait rage", reprend l’expert. "Microsoft n’a pas encore résolu totalement le problème. Ils ont toutefois annulé le déploiement de la mise à jour sur les machines qui disposent d’un SSD (Solid State Disk, un support de mémoire de stockage plus rapide que le disque dur classique, NdlR) Intel ou Toshiba. Ce qui est, en soi, déjà un phénomène extrêmement rare…" Les utilisateurs de l'antivirus Avast, très populaire puisque gratuit dans sa version basique, seraient, manifestement, plus touchés que les autres.

Une solution, pour les personnes touchées ? "La bonne nouvelle, c’est que, contrairement aux apparences, les données ne sont pas perdues, même si elles semblent inaccessibles", détaille Thomas, de Mister Genius. "La mauvaise, c’est qu’à ce stade, aucun bouton magique ne permet de rétablir la situation aisément, du moins pour ceux qui n’ont pas créé un point de restauration Windows - dans ce cas de figure, la situation est plus simple. Nous sommes bien souvent obligés de transvaser les données sur un support intermédiaire, de procéder à une nouvelle installation de Windows en mode sans échec sur le PC touché, puis d’y remettre les données personnelles de l’utilisateur. C’est long et fastidieux. Puis le problème, c’est qu’il faut ensuite réinstaller tous les programmes qui étaient précédemment présents sur la machine. Le plus vite possible pour nos clients professionnels, qui ne peuvent pas travailler sans leur logiciel de compta, par exemple. C’est parfois problématique puisqu’il faut que les clients nous communiquent les licences desdits programmes, etc... On a bien dédié 40 % de notre temps de travail à ce problème depuis le début de la semaine ! J’imagine que Microsoft va patcher sa mise à jour rapidement (NdlR : un correctif a justement été appliqué hier, en fin d’après-midi). Mais malheureusement, pour les personnes déjà touchées, le mal est fait…"

Microsoft Belgique, contacté, explique de son côté que le bug serait étroitement lié à la présence de l'antivirus Avast sur la machine. L'entreprise confirme de son côté par la voix d'un porte-parole que “Microsoft est au courant de ces rapports et nous travaillons activement avec Avast sur la question”.