New-Tech Né en 2014, le petit frère de Huawei veut compter en Belgique. Son arme pour y parvenir ? Le Honor 9.

Si le Belge peine de moins en moins à prononcer Huawei (la marque chinoise flirte avec Apple pour la place de n°2 du marché belge, aux aléas des trimestres et sorties), ce n’est pas faire offense à la marque que d’écrire qu’il ne connaît rien de Honor. Allons-y donc pour les présentations : Honor, c’est le petit frère du chinois Huawei. Le Scarlet de son Proximus, le Dacia de son Renault. 

Lancée à l’international depuis 2014, à l’instar de sa maison-mère Huawei, Honor est en pleine bourre. Sa punchline ? "For the brave". Son credo ? Des smartphones à la pointe techniquement, achalandés avec les derniers composants et innovations, vendus à un prix inférieur à ceux pratiqués par les référents plus mainstream que sont Apple, Samsung ou… Huawei. 

Le tout avec une image jeune, souvent accolée aux sports extrêmes, et qui choie les geeks. Plus grand vendeur de smartphones par Internet dans son marché natal, la Chine, Honor joue la même carte que son compère OnePlus : des coûts marketing comprimés (pas de pub, si ce n’est en ligne), de la vente quasi uniquement par Internet. 

© A. Ca.

Honor n’est déjà plus un petit joueur : sur le marché français, il y dépasse même, en termes de performances de vente, son grand frère Huawei. 

Et en Belgique ? "Nous n’en sommes qu’aux débuts, nous détaille Yves Leemans, marketing manager de Huawei Belgique. Quelques produits de la gamme Honor sont disponibles depuis décembre 2016 sur les sites e-commerce de Vandenborre, FNAC, BOL ou MediaMarkt, où ils sont également disponibles en physique. Mais il y a une ambition importante, et le désir de mettre un coup d’accélérateur dans la marque Honor en Belgique. Nous allons d’ailleurs lancer un Honor Store belge en ligne d’ici à l’été, pour que nos clients puissent plus facilement se procurer nos produits."

C’est sans doute ce qui explique notre présence à Berlin, où, pour la première fois, Honor a convié ce mardi la presse européenne dans son ensemble. Au même endroit (mais avec un poil moins de faste) que Samsung et Huawei lorsqu’ils lancent un produit important, à la Max Schmelling Halle, immense arène avec scène, jeux de lumières et musique pompière. 

© A. Ca.

Le commandant pour conquérir plus massivement encore le monde, mais aussi les terres belges ? Le Honor 9. Un smartphone qui emprunte beaucoup aux Samsung Galaxy S7 et S8, avec autant de puissance (processeur Kirin 960, 4 ou 6 Go de RAM, 64 ou 128 Go de mémoire de stockage), Android 7.0 (planqué sous la surcouche maison EMUI 5.1). Un écran 5,15 pouces Fulll HD, un lecteur d’empreintes digital en céramique, et un double capteur dorsal de 21 et 8 Mégapixels travaillant tour à tour pour capter le plus d’informations. Le tout s’affiche dans une coque unibody en verre trempé à effet miroir, déclinée en gris, noir ou bleu saphire. Bref : toutes les cases du hype sont cochées, exceptées celle de l’écran intégral (comme le Galaxy S8).

Le tout pour 449 €, soit au moins 20 à 30% de moins que les terminaux haut-de-gamme auquel il se confronte. Elle est décidément attrayante, cette Chine décomplexée qui nous pond des smartphones de plus en plus cohérents et bien tarifés…

© A. Ca.