New-Tech

Le site internet Chatroulette.com, qui permet d'avoir des visioconférences avec des interlocuteurs aléatoires, s'est mis en tête de devenir un site convenable à tous âges


BRUXELLES "Chatroulette était formidable dans les premiers jours de son lancement, avant que des gens bizarres ne le découvrent et commencent à abuser de la véritable nature libre et démocratique du système", a déclaré le fondateur du site, le Russe Andrey Ternovskiy, sur le blog du site.
Le site s'est en effet rapidement avéré une aubaine pour les voyeurs et exhibitionnistes en tous genres.

M. Ternovskiy a précisé que Chatroulette gardait désormais les adresses IP (adresses numériques internet) des internautes utilisant le site, ainsi que des vidéos révélant des "comportements pas bien".
Sur la page d'accueil de Chatroulette, on lisait mardi que "diffuser des contenus inconvenants à destination de mineurs est contraire à la fois au droit américain et au droit des Nations unies". "Nous coopérons activement avec les forces de l'ordre", était-il précisé.

"J'espère qu'avec l'aide du droit pénal, on va finir par évacuer ce problème et que les organismes s'occupant habituellement de ce genre de problèmes vont nous aider", a ajouté pour sa part M. Ternovskiy.
En février, l'adolescent avait expliqué au New York Times qu'il avait créé Chatroulette trois mois plus tôt pour "s'amuser", parce que lui et ses amis en avaient assez de ne se parler qu'entre eux, avec l'idée d'en faire un site de dialogue mondial.

Face à la rapide dégradation du niveau des échanges, les responsables de Chatroulette ont tenté de reprendre le contrôle: "nous avons bloqué des milliers d'adresses IP, dénoncé les contrevenants, et le service semble bien plus propre qu'avant", selon M. Ternovskiy. "C'est cool, l'avenir a l'air radieux".

© La Dernière Heure 2010