New-Tech Vous êtes plutôt bouteille d'eau connectée, calculateur Bluetooth de mouvements pendant l'acte, chaise menstruelle ou presse-jus hors de prix ? Top 8, subjectif et malheureusement pas exhaustif.

Une météorite est entrée dans nos vies, à l'aube des années 2010 : les objets connectés. Le fameux IoT (Internet Of Things), porteur de tant et tant de nobles promesses. C'est que le dessein initial était juste : si pas améliorer, à tout le moins simplifier notre quotidien. Le (toujours) nouveau marché, rapidement porté aux nues, pèse actuellement plus de 5 milliards d'unités écoulées en 2017 (+31% d'augmentation par rapport à 2016) et pourrait avoir dépassé les 20 milliards de pièces écoulées à l'horizon 2020. Bémol ? Comme tout nouveau segment de marché, le filtre à la naissance est parfois encore un peu défectueux. Le temps que le darwinisme technologique s'autorégente, on a donc eu droit, entre les classiques montres, bracelets traqueurs d'activité, thermostats ou kits domotiques, à la commercialisation d'horreurs comme la chaise menstruelle ou le porte rouleau de papier toilettes connecté... Top 8, subjectif et malheureusement pas exhaustif, des objets les plus con(necté)s.

1. i.Con, La capote connectée

C'est à British Condom qu'on doit cette première bizzarerie : un préservaif connecté, communicant en Bluetooth avec une app dédiée à installer sur votre smartphone. Enfin, un préservatif, pas tout à fait : l'i.Con est plutôt d'une bague à placer sur la base du pénis, qui recueillera et communiquera les informations recueillies sur le phallus de Monsieur. De quel ordre ? La vitesse des mouvements de va-e-et-vient, les calories brûlées pendant l'acte, la fréquence entre les rapports, les positions utilisées... Le système pousse le vice jusqu'à permettre de partager ses "perfs", entre une sortie Runtastic et une photo de licornes. Commercialisé 60 livres d'ici la fin de l'année, l'i.Con fait peur. Même aux Britanniques ?

© D.R.

2. Le siège menstruel

Cette monstruosité, au visuel pour le moins parlant, a pour but de faire s'asseoir les dames en période intime sur son assise, chauffée jusqu'à 55 degrés, afin de dilater les vaisseaux sanguins, favoriser la circulation, et amoindrir les douleurs menstruelles. On note la grande finesse apportée au design de la chose, poussé à son paroxysme par le choix de la teinte. A découvrir, sans modération, ici même.

© D.R.

3. RollScout, pour rendre votre papier toilette... connecté

Un porte rouleau de papier toilette connecté, muni d'une LED rouge, et notifiant, sur son smartphone, le proprio que l'angoisse de la dernière feuille est arrivée. Il est vrai qu'un rouleau vide, c'est tellement peu visible... Blague à part toutefois, si le RollScout, vendu 59 dollars, présente un intéret zéro pour le particulier, il s'avère déjà nettement moins absurde dans l'Horeca, les administrations ou les grandes entreprises.

© D.R.

4. Juicero, la machine à jus qui presse votre portefeuille comme un citron

Le cas de Juicero, start-up américaine dans laquelle même Google a investi, est quasiment devenu un mème Internet, symbolisant la futilité et l'esprit dispendieux de la Silicon Valley. Le principe ? Une machine, imposante et au joli design blanc immaculé, "d'une puissance de deux tonnes, capable de soulever deux voitures Tesla" (dixit lees fondateurs), qui vous presse des sachets contenant des mixes de fruits et légumes frais, vendus 5 à 7 dollars (!) pièce, le tout par abonnement. Une sorte de Nespresso juicy, en somme. La machine, elle, a été lancée à 699 $ avant de passer à 399 $. Le bémol ? Les utilisateurs se sont très vite aperçus qu'il suffisait de presser les sachets hors-de-prix à la main, directement dans le verre, pour obtenir leur jus... Vague de licenciements en juillet, et annonce du clap de fin ce 1er septembre (ici) : Juicero, c'est bien fini.

© D.R.

5. Pavlok, Le bracelet qui vous électrocute

On n'a que le bien qu'on se fait. Et que le mal, aussi ! C'est un peu l'idée fondactrice du bracelet connecté Pavlok. Personnalisable, il a surtout la particularité de vous envoyer une décharge, comprise entre 17 et 340 volts, lorsque vous déviez des objectifs que vous lui avez confié ! Réveil tardif ? Pas assez marché ? Coup de jus ! Développé par d'anciens étudiants de Stanford et propulsé par le financement participatif (il a cartonné sur Indiegogo), Pavlok a déjà quelques années de commercialisation dans le rétro. Années où il a conquis, dixit la start-up, 40.000 clients. Un poil maso.

© D.R.

6. Felik, le jouet connecté pour chat

Nos animaux de compagnie ont beau n'avoir rien demandé, le marché ne se prive pas de les abreuver d'objets connectés. On épingle ici le Felik, un jouet-laser qui émettra le petit point lumineux rouge qui rend dingue votre félin automatiquement, pendant votre absence, le tout suivant les calculs d'un algorythme de prédiction de l'activité de Minou. Felik, qui a levé plus de 50.000 $ sur Kickstarter, est attendu pour la fin d'anné (179 $).

© D.R.

7. Hair Coach, la brosse à cheveux communicante

Développée par L'Oréal et Withings (la start-up française spécialisée dans les objets connectés, rachetée depuis par Nokia), la brosse à cheveux Hair Coach, bardée de capteurs, communique avec votre smartphone pour vous taper sur le doigts si vous brossez trop fort ou pas assez, mais aussi et surtout pour vous... conseiller de filer acheter les produits L'Oréal/Kérastase nécessaires pour choyer ces crins trop secs/gras/hirsutes qui garnissent votre cuir chevelu. On l'attend dans nos magasins pour 2017 encore, le tout pour une somme promise à 200 € tout au plus.

© D.R.

8. La bouteille d'eau truffée d'intelligence, jusqu'à plus soif

Moikit Seed, Hidrate Me, Gululu ou Aquagénie : par au moins quatre reprises, la bouteille d'eau s'est invitée dans l'agenda techno connecté. Avec des variantes (vibrations, LED, notifications smartphone), mais toujours le même propos : rappeller à son propriétaire que boire de l'eau c'est bon pour la santé, et qu'il faut le faire régulièrement dans la journée. A se demander si l'Homo Technicus 4G est vraiment une espèce en voie d'évolution...

© D.R.