New-Tech Le géant des réseaux sociaux a ouvert Market Place, vaste brocante aux millions de visiteurs

En octobre 2016, Facebook lançait sa Market Place dans certains pays d’Europe. Cette place de marché s’ouvre désormais à la Belgique également. Une simple mise en relation d’acheteurs et de vendeurs, puisque Facebook ne se charge pas de la vente en elle-même ni de l’expédition.

L’objectif de Facebook est d’attirer autant de membres que possible, afin de tirer profit du marché d’occasion. En outre, grâce à Messenger, Facebook dispose d’une manière simple de mettre en contact différentes parties. "Nous facilitons le contact entre l’acheteur et le vendeur et ensuite ils peuvent entièrement régler la transaction par eux-mêmes", explique le réseau social.

Selon Facebook, chaque mois, 450 millions d’utilisateurs consultent les groupes d’achat-vente.

Avec sa puissance, Facebook pourrait faire de l’ombre aux acteurs déjà présents dans le secteur. Du côté de 2ememain.be, le leader sur le marché belge, on ne s’en inquiète cependant pas.

"Ce lancement en Belgique n’est pas en soi une réelle nouveauté car il existait depuis plusieurs années déjà des groupes de vente de seconde main sur Facebook. Dans notre domaine, toute concurrence est bienvenue car elle ne fait que doper le marché dans son ensemble. Cela contribuera à la croissance générale. Cela nous incitera aussi à nous montrer encore plus créatifs et à investir dans notre produit", souligne Petra Baeck, porte-parole de 2ememain.be

Depuis que Kapaza a quitté le marché belge, 2ememain a encore un peu plus assis sa position de leader du secteur de la seconde main. "Nous enregistrons 630.000 visiteurs uniques par jour et quelque 70.000 nouvelles annonces quotidiennes. Notre réputation est donc bien établie et rassure les utilisateurs qui peuvent facilement nous contacter en cas de souci. Facebook ne devrait pas changer la donne puisque nous travaillons déjà via ce réseau social, en offrant la possibilité aux vendeurs de partager leur annonce sur Facebook ou de s’enregistrer en utilisant leurs identifiants Facebook. C’est donc plus une offre complémentaire que concurrentielle."

V. S.