New-Tech Le nouveau fil d'actualité de Facebook pourrait apporter quelques changements impactant très fortement marques et médias

Pour les marques comme pour les médias, Facebook constitue un vecteur extrêmement important pour toucher les internautes, leur soumettre différentes offres ou les attirer sur les sites. Cependant, tout cela pourrait bientôt appartenir au passé, le géant de Palo Alto préparant actuellement une nouvelle version de son célèbre algorithme qui pourrait mettre en quarantaine, dans un onglet déjà existant et que vous ne connaissez probablement pas (Explorer), les publications gratuites des pages. 

© Facebook

Les seules solutions pour Nike, Coca, la DH ou la BBC seront alors de passer à la caisse et booster les publications en mettant de l'argent dessus. En effet, cette très coûteuse manœuvre sera fortement encouragée par Facebook. Même les contenus de qualité, et à fort potentiel engageant, ne suffiront donc plus à toucher les utilisateurs sur leur fil d'infos.

Choisis pour un test grandeur nature, les malheureuses marques du Sri Lanka, de la Slovaquie, de la Serbie, du Guatemala, de la Bolivie et du Cambodge, sont déjà dos au mur, elles qui constatent une énorme baisse, sans précédent, de ce qu'on appelle le reach organique. Ce dernier se mesure simplement en terme de personnes touchées par une publication sur laquelle aucun budget promotionnel n'a été apposé.

© Facebook

En Slovaquie, Filip Struharik, journaliste, a constaté que ce fameux reach a été divisé par quatre en une nuit à peine, semant évidemment un petit vent de panique dans le microcosme médiatique local. Les grandes marques ne jurant que par la vidéo (Minutebuzz, par exemple) pourraient donc également se retrouver face à une situation très complexe, et très coûteuse.

Si tout cela se confirme, votre fil d'actualité serait désormais rythmé par les publications de vos amis, groupes, événements,... et des marques bénéficiant du plus gros budget. Pour les marques, il s'agirait en tous les cas d'un fameux avertissement, avec frais ! Mettre tous ses oeufs dans le même panier constitue rarement une bonne idée.

Facebook dément 


 Du côté du réseau social, on se veut rassurant, arguant qu'il s'agissait simplement d'un test, rien de plus, visant à savoir si les utilisateurs préféraient avoir leurs contenus mélangés ou bien le côté social d'un côté, informatif de l'autre. Et que l'objectif final est de faire au mieux pour les utilisateurs et les éditeurs.

Chacun se fera son avis.