New-Tech Avec 800 millions de membres actifs par mois et 300 millions d’utilisateurs de Stories chaque jour, le petit frère de Facebook est en passe de devenir - vraiment - incontournable. 5 conseils pour y développer un compte pertinent.

Si Facebook est le champion toutes catégories des adhésions (avec 2,1 milliards de membres actifs - au moins une visite par mois - pour 6,7 millions en Belgique), le petit frère Instagram affiche une banane peu ou prou similaire. Le réseau social centré sur les photos (et les vidéos courtes, aussi), pour rappel détenu par Facebook (au même titre que Whatsapp), ne cesse d’engranger ces derniers mois. Il y a un peu plus d’un an, Instagram revendiquait quelque 500 millions d’utilisateurs actifs par mois. Ils sont aujourd’hui 800 millions. Dont 500 millions actifs chaque jour ! Quatre fois plus que le rival Snapchat, encore plus jeune et instantané, puisque le fantôme jaune a tissé son succès sur le caractère très éphémère de ses snaps. Or, c’est justement en louchant du côté de Snapchat et de ses Stories, qu’Instagram a dopé son audience. Kevin Systrom, patron d’Instagram, se défend de tout plagiat, arguant que la pratique est courante dans le secteur et que Snapchat a également repris ce qui a fait la popularité d’Instagram : ses nombreux filtres.

Aujourd’hui, 300 millions d’instagrammeurs utilisent les Stories au quotidien, tandis que l’usage de la vidéo a augmenté de 150 % sur la plate-forme.

Mais Instagram n’est clairement pas Facebook. Il a ses codes précis, sa ligne. Comment faire pour y développer un compte pertinent, qui fonctionne ? 5 tips.

1 Une ligne claire

Si sur Facebook on passe allègrement du commentaire politique plus au moins avisé à la recette du week-end en passant par la photo de rentrée des enfants au partage du dernier gif tordant, Instagram est un réseau qui a tendance à plus cibler. Les comptes les plus populaires, hormis ceux des personnalités connues, sont ceux qui s’attellent à décrire un centre d’intérêt. Les voyages, la cuisine, la mode, l’architecture, le jeu vidéo… Il est donc bon de définir une ligne claire des clichés que vous allez poster. Et qu’il y ait une espèce de lien entre eux, pour vous rendre de facto identifiable.

2 Abusez des hashtags

Ils sont indispensables sur Twitter (leur maison-mère). Inutiles (ou presque) sur Facebook. Et cruciaux sur Instagram ! Ils permettent de référencer votre photo parmi les millions publiées chaque jour sur le réseau social. L’astuce ? Identifier les influenceurs les plus populaires qui postent dans un domaine proche du vôtre, et repérer les hashtags qui marchent. Vous pouvez en utiliser jusqu’à 30. C’est un peu beaucoup, mais deux, c’est clairement trop peu…

3 Pas de flood

Sur Instagram, on ne floode pas ! Il reste un réseau qui promeut une certaine forme de qualité, un compte n’a donc pas vocation à être inondé de posts comme un compte Twitter. Pour qu’un compte gagne à être followé, un rythme régulier de publication, pas trop agressif, mais surtout qui accouche de posts de qualité (et de qualité constante) est recommandé.

4 Pas d’isolement

Instagram n’est pas un book ou un album photo qu’on tient dans son coin. Échangez ! Suivez des comptes similaires au vôtre, partagez les publications que vous trouvez dignes d’intérêt, commentez, bref : vivez sur le réseau social. Utilisez les Stories pour des contenus plus légers, et enfin, faites du cross-platform : parlez sur Twitter (par exemple) de ce que vous venez de poster sur Instagram.

5 Jouez avec les filtres et la lumière

Les filtres d’Instagram sont inscrits dans son ADN. Utilisez-les ! Mais avec parcimonie. Ce sont en effet les photos sans-filtre qui suscitent le plus de likes. Si vraiment un filtre se prête à votre image, notez que les filtres les plus efficaces sont Willow, Valencia et Sierra, en matière de générations de likes… Sachez aussi que les images lumineuses ont en moyenne 7 fois plus de likes que celles qui sont sombres, et que les clichés au décor fort occupé (pas d’espace vide) génèrent jusqu’à 125 % de trafic de likes en plus.