New-Tech

"Que regarderons-nous en 2030 et comment ?" C'est la question que Deloitte a posée, dans une étude qui ne manque pas de faire l'état des lieux d'un marché où Netflix et Amazon Prime sont déjà utilisés par un quart des 18-75 ans et... 47% des 18-24 ans.

Commençons par ce chiffre, probablement le plus symptomatique du glissement de terrain qui ébranle le marché audiovisuel : les jeunes adultes (18-24 ans) sont, en Belgique, pour quasi-moitié (47%) à utiliser des plateformes de SVOD comme Netflix ou Amazon Prime (en attendant l'arrivée des Disney+, Hulu et d'une éventuelle plateforme Apple en Belgique). Des services payants, pour rappel. Dans le même temps, dans cette même catégorie de population, seul un tiers s'intéresse encore à la télévision traditionnelle (36%). C'est ce qu'il ressort d'une étude du cabinet Deloitte sur le secteur et son avenir à court-terme.

De manière plus générale, Netflix, qui a déboulé en septembre 2014 chez nous, n'a même pas eu besoin de cinq ans pour conquérir un quart de la population belge (il est utilisé par 15% des 18-75 ans). Pour autant, les audiences télévisuelles ne se sont pas désagrégées, à en croire les statistiques audimétriques du CIM. La production de contenus nationaux voire locaux et la force du direct (sur l'actualité ou les événements sportifs) garantissent aux chaînes traditionnelles un contenu propre que ne sauraient capter les plateformes over-the-top internationales. Reste que là où le modèle traditionnel stagne voire périclite un peu, les catalogues en ligne de contenu explosent. "La disponibilité de la vidéo à la demande, en particulier, a marqué une rupture dans les comportements des consommateurs", confirme Vincent Fosty, associé responsable des Télécommunications, Médias & Loisirs chez Deloitte.

"Le consommateur s’attend à des programmes télé et vidéo intéressants et attrayants, accessibles à tout moment et en tout lieu, dans le format qui répond le mieux à ses besoins immédiats," précise-t-il. Actuellement, ces nouvelles exigences sont surtout comblées par les grandes plates-formes de streaming.  En réaction à la concurrence en ligne, de nombreuses chaînes de télévision proposent un large éventail de bibliothèques de médias, de plates-formes de rediffusion et de nouveaux formats.

Dans l’étude "The future of the video and TV landscape by 2030" menée par Deloitte, un certain nombre de facteurs qui détermineront l'avenir du secteur sont identifiés. Le passage au numérique est sans aucun doute le facteur décisif. Le haut débit des réseaux de fibre optique et de la 5G ouvre la voie à une consommation de contenus médiatiques encore plus flexible et mobile. Les techniques analytiques et l'intelligence artificielle amélioreront les fonctions de recommandation.

"Simultanément, la vidéo à la demande poursuivra son expansion, prédit, sans grand risque, le cabinet. Cela n'empêchera pas la télévision linéaire de conserver sa place, en particulier grâce aux programmes en direct : la plupart des amateurs de football préfèrent suivre la Coupe du monde en direct. En tout état de cause, l'avenir de l'industrie s'annonce ultra dynamique : les acteurs nouveaux et existants se repositionneront sur la chaîne de valeur dans un marché global partiellement consolidé."