New-Tech

Eh bien… Wii ! Même si la nouvelle console se cherche, toujours, une identité claire

BRUXELLES Rien n’est parfaitement clair concernant la console de salon toute neuve de Nintendo. Ni sa forme, ni sa fonction, ni son nom, ni sa stratégie. Tâchons donc d’être concis. Mission complexe, vu que les départements communication du géant de l’industrie du divertissement eux-mêmes n’y sont pas parvenus en deux ans…

Ce qui explique la très timorée présence médiatique de la nouvelle console, à côté de laquelle le ramdam provoqué par la Wii en 2006 fait mal. Reprenons donc.

Non, la Wii U n’est pas un accessoire pour la Wii. Vous pourrez toujours, ceci étant dit, jouer avec vos jeux (et même vos accessoires) Wii sur la Wii U. Il s’agit d’une nouvelle console à part entière, livrée, cette fois, avec un port HDMI. Ce qui induit une autre réponse : oui, enfin, Nintendo s’est mis à l’heure HD ! Et rattrape son retard technique avec ses rivales, PS3 et Xbox 360.

La Wii U ne se contente donc plus, comme la Wii, de draguer ceux qui n’ont jamais joué à un jeu vidéo, les casual-gamers et les familles qui veulent dérider une soirée guindée, non, elle lorgne aussi les gros joueurs, ceux qui passent du temps – seuls – devant leur console. Et ils comptent : les 500.000.000 d’€ récoltés par Call Of Duty Black Ops II 24 h après son lancement confirment…

Pour autant, si elle cherche à se distancier de la Wii, la U rêve aussi de nous refaire le même coup. Notamment, au moyen de sa manette. Ou plutôt mablette , qui a les touches assises entre tablette et manette. Imposant mais tenant bien en main, le Wii U Gamepad se compose bien entendu de boutons physiques (touches, joysticks), toujours de reconnaissance de mouvements, mais aussi, et c’est neuf, d’un écran en plein milieu du périphérique. Histoire de donner un coup de boost au second screen , et de mettre sur pied le gameplay asymétrique. C’est-à-dire que vous ne jouez plus en regardant le seul écran de votre téléviseur, mais en tenant aussi en compte celui de la manette. Qui interagit avec, en lui donnant une dimension complémentaire : la carte d’un niveau, la disposition tactique de vos joueurs sur un jeu de foot,… Assez perturbante au départ, la mablette finit par trouver sa place entre nos mains.

La Wii U a donc de la puissance, de l’originalité et de l’ambition à revendre. Ne lui reste plus qu’à se forger une identité et à continuer à avoir l’appui des éditeurs de (bons) jeux. Ce qui est le cas actuellement, le soutien d’Ubisoft est notamment très fort. 23 titres (vendus de 59 à 69 €) accompagnent le lancement de la console, parmi lesquels l’inévitable Mario, mais aussi Rayman, Batman, et Connor d’Assassin’s Creed III , et Jack Sheperd de Mass Effect . À la croisée des genres, on ne vous conseille toutefois pas de vous ruer trop vite sur la Wii U. D’autant qu’elle n’est pas donnée. C’est une console sur laquelle il faut se renseigner, qu’il faut voir tourner, essayer. Mais c’est, assurément, une bonne console. Ne fût-ce que pour attendre les futures Playstation et Xbox, dès l’an prochain…

Wii U Basic Pack (console et gamepad blancs, 8 Go) : 299 €

Wii U Premium Pack (console et gamepad noirs, jeu Nintendoland, 32 Go, supports inclus) : 349 €



© La Dernière Heure 2012