New-Tech L’un des produits les plus attendus de la planète tech est là. Et c’est sur le plan de sa distribution qu’il brise le plus de codes : il reste largement sous la barre des 600 € et déboule sur Amazon

Ce printemps très techie vient de connaître l’un de ses points d’orgue : OnePlus a lâché dans l’arène smartphonienne, à Londres, devant la presse et un millier de fidèles de la marque chinoise, son flagship-killer.

Tout ce qu’il faut où il faut

Entre rumeurs plus ou moins organisées, bon nombre des caractéristiques techniques du OnePlus 6 n’étaient plus un secret. Il reprend bien les codes du moment, à savoir le dos en verre (une première pour OnePlus, son prédécesseur optait encore pour le métal), la reconnaissance faciale, l’écran quasi intégral et borderless, le double capteur photo dorsal (en dessous duquel vient se loger le lecteur d’empreinte digitale) et la fameuse encoche (masquable depuis les paramètres, comme sur la gamme P20 de Huawei), sur la partie supérieure de la façade avant, directement héritée de l’iPhone X.

Il y a toutefois de neuf. Tout en conservant un boîtier presque aussi compact et léger que celui de son prédécesseur le 5T, le OnePlus 6 arbore un écran plus grand : 6,28 pouces en définition Full HD + (2280 x 1080 points). La dalle AMOLED adopte un format 19:9 (ailleurs, on est plutôt sur du 18:9 ou du 18,5 : 9). Le double module photo, toujours présent, est désormais centré au milieu du dos de l’engin. Les capteurs restent de 16 et 20 mégapixels, avec une ouverture qui reste à f/1.7 pour les deux objectifs. La marque promet toutefois une amélioration de la qualité en basse luminosité, par l’entremise de photosites 19 % plus grands (1,22 micron par pixel) sur le capteur principal. La stabilisation optique est bien au rendez-vous.

Capture vidéo 4K à 60 images/seconde, mode super slow motion, mode portrait pour les selfies sur la caméra avant (16 Mp) : il y a, côté capture d’images, tout ce qu’on est en droit d’attendre d’un smartphone supposé faire trembler ses rivaux à mi-2018.

Côté design, le OnePlus 6 est décliné en 3 textures : Mirror Black (brillant, bonjour traces de doigts), Midnight Black (plus mat) et enfin Silk White, vendu comme "soyeux sous les doigts" pour un rendu nacré.

La bestiole tourne toujours sous Oxygen OS (nouvelle version, qui s’appuie sur Android 8.1), propulsé par le plus véloce des processeurs du moment : le Snapdragon 845 de Qualcomm. 6 ou 8 Go de mémoire vive (RAM) épaulent cette puce. De son côté, la batterie affiche toujours une capacité de 3300 mAh. Bonne nouvelle pour les conservateurs du port Jack : OnePlus résiste à la tendance générale, et continue d’embarquer un port casque sur son engin.

Le prix, l’atout clé

Toutefois, le meilleur reste à venir : alors que la concurrence traditionnelle tape dans les prix sans scrupule, OnePlus se reconnecte avec son passif de disrupteur du marché, et n’augmente l’ardoise de son p’tit sixième que de 20 €. La version 64 Go de mémoire de stockage/6 Go de RAM du OnePlus 6 sera ainsi commercialisée 519 euros, tandis que la version 128 Go/8 Go passera à 569 euros. Une version 256 Go/8 Go se monnayera également pour 619 €. Le OnePlus sera disponible sur le site de OnePlus et… Amazon (malheureusement pas pour une expédition vers la Belgique) à partir du 22 mai.

Mixant tous les codes du moment, sans la moindre compromission technique, pour un prix devenu inhabituel sur cette gamme, son carton commercial est plus que subodoré.

© D.R.