New-Tech

De nombreux internautes ont répondu à l'appel lancé début octobre par le Centre pour la cybersécurité Belgique (CCB) invitant les Belges à signaler les e-mails suspects qu'ils reçoivent afin de s'attaquer au phénomène du "phishing". "Nous avons reçu 30.000 mails en 10 jours. Nous sommes surpris du succès", indique vendredi Miguel De Bruycker, du CCB. 

Le Centre pour la cybersécurité Belgique a lancé début octobre une campagne de sensibilisation par rapport au phénomène du "phishing". Dans la foulée, il a invité les Belges à lui signaler les e-mails suspects qu'ils reçoivent via l'adresse suspect@safeonweb.be et à ensuite les effacer de leur boîte de réception. Les liens considérés comme dangereux sont alors consignés dans une liste noire et bloqués par les principaux navigateurs web. En outre, les données techniques relatives aux virus sont mises à la disposition des entreprises anti-virus.

Quelque 300.000 liens ont pu être automatiquement extraits des 30.000 courriels déjà signalés par des citoyens. "Nous avons ainsi déjà pu mettre 16 nouveaux serveurs sur la liste noire. Et ce nombre va encore augmenter", explique-t-on au CCB.

Il est vrai aussi que de nombreux internautes signalent également de simples messages publicitaires, qui n'ont rien à voir avec le phishing. "Mais ce n'est pas un problème, nous avons adapté nos filtres", indique encore Miguel De Bruycker.

Le phishing ou hameçonnage est une technique utilisée pour obtenir des renseignements personnels dans le but de perpétrer une usurpation d'identité. Près de 9% de l'ensemble des internautes belges ont été victimes de fraudes sur internet, notamment via ce procédé, et ont perdu de l'argent, selon des données européennes de 2015, alors que la moyenne européenne est de 2%.