New-Tech Les nouveaux MacBook présentés par Apple disposeront d'un élément supplémentaire mettant un frein à leur réparation éventuelle.

C'est à la fin du mois d'octobre que l'entreprise à la pomme a tenu sa Keynote annuelle. Outre les nouveautés présentées par l'entreprise (dont un nouveau MacBook Air), ce qui a surtout retenu l'attention de nombreux spécialistes, c'est l'introduction dans les derniers ordinateurs Apple d'une puce T2. Ce petit élément supplémentaire permettrait de bloquer les utilisateurs souhaitant faire réparer leurs engins dans des magasins autres que ceux certifiés par Apple. 

En quelques mots, la puce serait capable de vérifier après la réparation de l'appareil si les pièces utilisées sont bel et bien validées par l'entreprise à la pomme ou non. Dans le cas contraire, l'ordinateur ne fonctionnerait tout simplement pas. Si Apple a confirmé l'information à "The Verge", l'entreprise a insisté sur le fait qu'elle ne concernait que certaines composantes des MacBook, ne pouvant toutefois pas donner de liste détaillée de ces dernières ni même dire quelle génération d'ordinateurs exactement était concernée. 

Si cette démarche est vue positivement par certains qui y perçoivent un moyen pour Apple d'empêcher les réparateurs indépendants de faire payer des sommes astronomiques à leurs clients pour des pièces de moins bonne qualité non-certifiées par l'entreprise, elle suscite l'indignation de nombreux autres. Pour Kyle Wiens, PDG du site iFixit, spécialisé dans le démontage d'appareils électroniques, il s'agit tout simplement d"une "guillotine placée au-dessus de la tête des consommateurs". Le spécialiste voit dans cet ajout d'Apple une volonté de l'entreprise d'avoir la mainmise sur les réparations de ses appareils en limitant l'accès aux pièces de rechange.