New-Tech

Cette fois, nous y sommes. Voo est enfin mobilisé. Ni tambour, ni trompette, pourtant : c’est dans un quasi catimini que le câblo wallon, filiale de l’intercommunale Tecteo, a officialisé l’arrivée de son offre de téléphonie mobile. Annoncée de longue date, seuls ceux qui sont déjà clients chez Voo (TV et/ou Internet et/ou téléphonie fixe) en ont été avertis, via des vagues de mails envoyés dès hier. Le website de l’entreprise a également gagné un onglet Mobile dans la matinée, qui renseignait d’ailleurs au départ des offres... plus généreuses qu’en réalité.

L’opérateur entend jauger le succès de son offre, crescendo, histoire d’éviter une (probable) surcharge et de garder l’assurance de suivre, avec un service de qualité. Il s’agit toutefois bien d’une offre nationale, qui sera ouverte à tous dès le dernier trimestre 2013. Pour rappel, Voo, bien que codétenteur avec Telenet d’une licence de téléphonie mobile 3G (qui n’est toujours pas exploitée), n’a pas développé son propre réseau : il officie, tout comme Telenet, en tant que MVNO (opérateur virtuel). C’est Mobistar qui lui loue son réseau.

Quid de l’offre en question ? Comme promis, elle est simplissime ; comme prévu, elle ne casse absolument pas les prix du marché. Mais, plutôt, s’y aligne.

Deux forfaits sont permis : Toudoo, qui se veut la proposition à prix soft de ceux qui surfent peu. Et Tatoo, l’alternative illimitée des usagers intensifs.

À l’instar de Telenet et ses offres King et Kong, qui lui ont permis de se tailler une considérable part du gâteau mobile avec 600.000 conquis en deux ans, Voo proposera deux tarifs : le premier, préférentiel, réservé aux abonnés Voo. Le second, ouvert, bien moins alléchant.

Toudoo offre 60 minutes d’appels vers tous réseaux, les SMS illimités et 60 Mo d’Internet mobile. Pour 12 € si vous êtes déjà chez Voo. Fin d’année, ce forfait sera ouvert à tous, pour 15 €.

Tatoo, c’est les appels et les SMS illimités, ainsi que 2 Go mensuels de surf mobile. Pour 40 € (chez Voo) et 60 € (si abonnements fixes ailleurs).

Les deux plans sont plus chers que les derniers tarifs - similaires - de Base. Pas question donc de parler d’offres coup de poing. Mais le but n’est pas là. Voo tend nettement plus à devenir un opérateur complet, donc quadruple-play, pour qui le mobile n’est qu’un service de plus pour conserver son marché fixe (autrement plus rémunérateur), qu’à piquer des clients à ses rivaux et provoquer une razzia mobile. Reste que jamais le Belge n’a eu autant de choix quant à l’écurie où loger son forfait GSM. C’est déjà ça de pris.…