New-Tech L'offensive a débuté. Les internautes qui téléchargent de la musique gratis risquent le procès! Explication

NEW YORK Différentes actions isolées nous faisaient pressentir les grandes manoeuvres d'aujourd'hui mises en branle par le puissant syndicat américain de l'industrie du disque, la RIAA qui représente les plus grands comme Sony Music, EMI, Universal Music, etc. Lassée de l'inutilité de toutes leurs initiatives afin de juguler les téléchargements gratuits de musique sur Internet via les réseaux peer-to-peer comme Kazaa ou Morpheus, l'industrie du disque qui fait face à une baisse de 25% des ventes de CD en 3 ans (principalement causées par Internet) a changé son mode d'action.

Plutôt que de chercher en vain à faire fermer tous les sites d'échanges de musique gratuits, l'industrie du disque a décidé de s'attaquer directement aux internautes qui téléchargent c'est-à-dire vous, vous ou peut-être vous qui profitez de l'ADSL et downloadez à mort.

Donc, ces derniers mois déjà, aux Etats-Unis, quelques actions isolées avaient marqué cette nouvelle orientation. Des étudiants s'étaient vus condamnés à de sévères amendes (environ 15.000 euros!) pour avoir partager de la musique avec d'autres. L'opérateur Verizon (une sorte de Belgacom américain) avait été contraint par la justice à donner les noms de certains de leurs clients qui échangeaient de la musique. Hors Etats-Unis, en Italie, une loi interdit désormais l'utilisation de service comme Kazaa pour télécharger de la musique protéger par droits d'auteur.

Aujourd'hui, les premiers tirs sporadiques ont fait place à l'attaque généralisée. L'Association américaine de l'industrie du disque (RIAA) va commencer jeudi à «rassembler des preuves et à préparer des plaintes en justice contre les utilisateurs individuels d'ordinateurs qui proposent illégalement de partager d'importantes quantités de musique protégée (par les droits d'auteur, ndlr) à travers les réseaux d'échanges de particulier à particulier », a annoncé mercredi la RIAA. «Désormais nous ciblons tous ceux, qu'ils soient vieux ou jeunes, qui offrent des fichiers musicaux illégaux », a expliqué mercredi le président de la RIAA, Cary Sherman. Les temps deviennent durs pour les internautes...

© La Dernière Heure 2003