New-Tech Google et Test-Achats lancent www.cybersimple.be.

Une étonnante joint-venture (Test-Achats n’a pas toujours caressé Google dans le sens du poil...) pour vaincre les craintes et la méconnaissance du Belge en ligne. Voici, simplement résumée, l’annonce conjointe faite hier par l’association de protection des consommateurs et de Google Belgique.

Les deux entités lancent une vaste campagne d’information et de sensibilisation, dont la tête de gondole prend la forme du site www.cybersimple.be.

Quelque 80 conseils y sont égrenés en plusieurs grandes catégories : la sécurisation des comptes en ligne, la sécurité dans les achats e-commerce, la sécurisation des appareils connectés, celle des enfants qui surfent, le paramétrage de la visibilité personnelle sur les médias sociaux, etc. Le tout avec un mot d’ordre global : faire le plus simple possible, pour que n’importe quel internaute puisse appliquer ces règles essentielles de la vie en ligne.

Faire simple, c’est même crucial : quelque 65 % des Belges déclarent ne savoir que peu de choses, voire rien du tout, sur la sécurité en ligne, car celle-ci est "difficile à comprendre" , selon une étude menée par le bureau Gfk à la demande de Google et Test-Achats.

Ce n’est pas que le sujet n’intéresse pas les Belges : 90 % des sondés lui confèrent un intérêt important. C’est juste que pour 41 % des 1.009 personnes sondées en tout cas, on ne demande pas mieux que de renforcer sa sécurité en ligne mais on ignore tout simplement comment s’y prendre…

Les conséquences de cette méconnaissance, de ce sentiment d’être largué, peuvent être fâcheuses : 37 % des sondés ont déjà vécu une mauvaise expérience sur le Web. On parle ici de l’éternel virus, pour la majorité des cas, mais aussi de phishing, d’escroquerie, de vol d’identité, etc.

Pour info, La DH rappelait, pas plus tard que ce mardi, les cinq commandements à suivre pour surfer en sécurité.

La campagne ne pourrait être plus légitime : pas plus tard qu’hier matin, un hack massif frappait le géant Twitter…