New-Tech Une nouvelle offre mobile lancée en grandes pompes ce midi, sur une péniche, avec DJ’s, jet-skis et cascadeurs. Une offre qui fait sens. Explications.

Ils sont 2,5 millions en Belgique. Ultraconnectés, possesseurs de smartphone dans plus de 9 cas sur 10, accros aux réseaux sociaux (pour 4 d’entre eux sur 5) et vidéovores quotidiens (66%). Ils ? Les “Millenials”, les fameux 18-35 ans. Pas facile de frapper cette cible droit au coeur, alors qu’on est un acteur aussi historico-institutionnel que l’ex-Belgacom... Seul Mobile Vikings s’y est essayé.

Proximus pense toutefois avoir trouvé la parade parfaite. Elle tient en quatre lettres : “Epic”. “Epic parce que c’est court, direct, impactant. Il s’agit d’une nouvelle offre d’abonnements mobiles pensée par et pour les Millenials. Avec un accent fort sur ce qui compte pour eux, en laissant de côté ce qui les intéresse moins”, explique Guillaume Boutin, en charge de la division consommateurs de l’opérateur.

Pour lancer son nouveau bébé, Proximus a cherché à cocher toutes les cases du “millenial marketing”. L’échantillon de clients “co-créateurs” de l’offre est arrivée quai du Hembeek, en bordure du Canal de Bruxelles-Charleroi, dans le même bus que celui qui charrie les Diables Rouges. Sur le quai : danseuses grimées et cascadeurs à vélo.

© D.R.
© D.R.

Ensuite, c’est sur une péniche aménagée pour l’occasion que se sont poursuivies les festivités : piscine à balles, mur à graffitis, cocktails healthy, le tout avec DJ Hakim aux platines. Clou du spectacle : l’arrivée de deux jet-skis et leurs pilotes, l’un d’entre eux équipé d’un jetpack nautique (flyboard), le propulsant une vingtaine de mètres au-dessus du niveau de l’eau ! Les deux pros ont multiplié les cascades, brandissant fumigènes et drapeaux à l’effigie de la nouvelle offre... Nous n’avons souvenir d’aucune conférence de presse Télécom aussi barriolée. “Epique !”, corrige Guillaume Boutin.

© D.R.

L’offre, de fait, fait sens. Elle se décline en deux produits : Epic Stories et Epic Beats. Epic Stories permet un accès illimité (en data) à toutes les applis de réseaux sociaux : Facebook, Facebook Messenger, Whatsapp, Snapchat, Twitter, Pinterest et Instagram. Autrement dit, aucun des Mégabytes consommés en 3G ou 4G au coeur de ces apps ne sera décompté du forfait Epic... En prime, 60 minutes d’appels sont incluses, comme les SMS illimités ainsi que 3 Gb de data “pour tout le reste”. Epic Beats, c’est le même produit mais qui, en p

© D.R.
rime, comprend la consommation de data illimitée dans les applis de streaming musical (Spotify, Deezer, Apple Music, Google Play Musique et Soundcloud). Détail : c’est de l’illimité, mais avec une fair-use policy tout de même : au-delà de 20 Gb mensuels consommés, la vitesse sera réduite à 512 kbps (à l’instar d’Orange, premier opérateur du pays à avoir lancé un abonnement avec data illimitée).

Côté tarifs, Epic Stories est commercialisé pour 19,99 €/mois. Epic Beats réclame 24,99 € par mois, mais pas pendant les six mois à venir, où les deux abonnements sont accessibles à 19,99 €/mois, à titre d’offre de lancement.

© D.R.

“Epic, c’est un projet qui me tenait à coeur dès mon arrivée chez Proximus il y a onze mois,reprend Guillaume Boutin, ex Canal+ et SFR France. Une quinzaine de collaborateurs Proximus de moins de 35 ans a travaillé d’arrache pied pour parvenir à ce lancement. Il était crucial de segmenter notre offre, de nous adresser spécifiquement à cette clientèle plus jeune. Elle est volatile, mais si on lui offre ce qu’elle attend, au juste prix, je suis persuadé qu’elle peut aussi être très fidèle.” Le but, moins avoué, est, bien entendu, à terme, de convertir cette clientèle sur des produits fixes, plus onéreux et rentables pour Proximus, comme Tuttimus...

Si les piliers réseaux sociaux et musique sont parfaitement rencontrés, le pilier vidéo, lui, est un peu délaissé. Pourquoi pas une offre Epic incluant YouTube et Netflix ? “Tout est possible à l’avenir. Là, on a posé un socle. Destiné à s’enrichir...”