Smartphones: 0 / Bêtes GSM: 1 

A. Ca. Publié le - Mis à jour le

New-Tech

Les téléphones qui se concentrent sur l’essentiel, plus performants que les téléphones intelligents vendus à prix d’or !

COPENHAGUE Qui aurait cru, dans le monde merveilleux des GSM, qu’un Doro Easyphone 615 (150 €) pouvait être trois fois plus performant qu’un… iPhone 4S (639 €) ? Qu’un bête Nokia 2323 (54 €) étalerait, avec le double de points, le fleuron de la gamme de Samsung, alias le Galaxy S2 (549 € à sa sortie) ?

Ces affirmations sont pourtant correctes. Sur l’unique plan de la réception réseau GSM, et de la qualité des communications vocales, les smartphones haut de gamme, véritables couteaux suisses technologiques par ailleurs, n’arrivent pas à la cheville des GSM classiques, à coût contenu, qui se contentent de l’essentiel. C’est en tout cas ce qui ressort d’un test qualitatif effectué par un opérateur télécom danois, et repris par le journal financier danois Borsen .

Sur les 47 mobiles testés, Doro, spécialiste de la téléphonie pour seniors au même titre qu’Emporia, avec son Easyphone 615, obtient en effet un score de 1208. L’iPhone 4S, plus désirable et onéreux smartphone du marché, ne culmine qu’à 392… Même son de cloche pour les HTC Incredible S, Sony Ericsson Xperia Arc S. Le premier smartphone à s’en tirer correctement est le LG Optimus Black, avec un score de 790.

Gert FrØlund Pedersen, professeur à l’Université Aalborg, au Danemark, appuie là où ça fait mal chez les grands vendeurs de smartphones trendy : “Il ne s’agit pas d’une différence de quelques pour cent puisque le téléphone arrivé en dernière position dans ce test est 10 fois moins bon que le meilleur.” La cause ? La conception du packaging et des composants influence largement la réception de l’appareil. Le professeur FrØlund épingle, par exemple, l’iPhone 4. Avec ce type d’appareil, la réception peut être jusqu’à 1.000 fois plus faible lorsque vous tenez le téléphone dans la main droite ou la… main gauche. Parce que notre main peut constituer un important obstacle pour l’antenne de l’appareil, si décriée il y a quelques mois (le fameux Antennagate ).

Cette étude n’est ni la première ni la dernière à faire étalage du paradoxe qualitatif smartphones vs mobiles classiques. À l’heure où un Belge sur cinq (et bientôt quatre) a craqué pour un smartphone, autant savoir dans quoi l’on s’engage…

Si vous adorez les fonctions géolocalisation, Facebook, GPS, jeux, appareil photo et tout le toutim, mais que l’important pour vous est la qualité de vos communications téléphoniques, l’excellence ne sommeille pas forcément là où on la croit…



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner