Test : l’iPad 2 à notre banc d’essai

alexis.carantonis@dh.be Publié le - Mis à jour le

Vidéo
New-Tech

On a testé la nouvelle ardoise d’Apple, déjà pratiquement introuvable en Belgique


@BRUXELLES C’est toujours un moment particulier. On ne dira pas d’émotion (on va encore se moquer de nous), mais presque. On imagine que si vous partagez le même ADNerd que celui qui coule dans nos circuits, vous voyez de quoi l’on parle. L’iPad fait indubitablement partie de ces produits high-tech qui, dès lors qu’on les découvre, marquent la mémoire. À l’instar de la première fois qu’on a tapoté les touches roses d’une Gameboy; de notre première connexion sans ligne crachouillante, en Wi-Fi; de notre baptême sur téléviseur 3D ou de l’espèce de jouissance inexplicable qu’on éprouve en ouvrant le boîtier d’un PC pour la première fois.

Pour la mise à jour de son ardoise, parue en avril 2010 et vendue à 15 millions d’exemplaires (occupation du marché flirtant avec les 90 %), soyons toutefois clairs d’entrée : Apple n’a rien révolutionné. Mais a fait évoluer beaucoup de choses. Lesquelles ? Suivez nous.

1. Déballage. Toujours aussi fort dans son sens du packaging, Apple offre ici, outre l’iPad (blanc, modèle 3G 64 Go pour notre exemplaire de test) l’adaptateur secteur fractionnable, un câble USB, le trombone histoire d’accéder à la trappe SIM (pour la 3G). Le tout est soigneusement emballé, dans des cartons blancs immaculés. RAS, si ce n’est que le produit est, déjà, fichtrement bien mis en valeur.

2. Démarrage. Impossible de déballer votre iPad dans le métro et d’y avoir accès d’entrée : une première connexion à iTunes (on n’a pas dit synchronisation) est impérative pour activer la bête. Grrrr….

3. Première impression. Plus fin, plus léger, plus beau ? Confirmé ! Non seulement cet iPad 2 est plus léger (d’une petite centaine de grammes), mais surtout, il tient nettement mieux en main. Cette fameuse coque unibody….

4. Surf. Safari est surboosté ! Notamment via un nouveau moteur Nitro javascript, l’iPad 2 sous iOS 4.3 est certainement deux fois plus prompt dans l’affichage d’une page web qu’un iPad première génération sous iOS 4.2. Pour le reste, niveau navigation web, qui reste à notre sens la fonction essentielle de l’iPad, rien de foncièrement neuf.

5. Multimédia. Apple a doté son iPad d’un nouveau processeur dual-core, et ça se sent. Plus vif, il réagit au quart de tour. Autres nouveautés majeures : un nouveau chipset graphique “neuf fois plus puissant” (faudrait tout de même pas pousser bobonne…), ainsi que l’introduction d’un gyroscope, permettant de situer précisément la position de l’appareil dans l’espace. Sur le jeu N.O.V.A. 2 HD, le mix fait des merveilles pour un device de ce type. Toutefois, la grosse nouveauté, c’est évidemment la double présence de caméras. L’une frontale (VGA, 800x480 pixels), l’autre dorsale (HD 720P). La première permet la visioconférence (téléphoner tout en étant filmé, seulement en Wi-Fi) via Facetime, installée d’origine, la seconde permet de capturer photos (moyennes) et vidéos (correctes). Avec iMovie, téléchargeable contre 3,99 €, on peut donc désormais filmer, monter sa vidéo en toute simplicité et la poster sur le Web depuis le même appareil. Génial. On notera, aussi, la présence de Photobooth, app où les effets de déformation se chevauchent, et qui jouit d’un franc succès.

Conclusion : au vu de son prix en entrée de gamme (479 €), nous restons sur nos positions. L’iPad 2 est la meilleure tablette du marché, nonobstant ses défauts connus et pas corrigés, comme l’absence de Flash, de port USB ou de slot SD. Ceux qui possèdent déjà un iPad n’ont toutefois qu’un intérêt très relatif à upgrader. Ceux qui attendaient la seconde mouture avant de franchir le pas ne seront probablement pas déçus. Et ceux qui désirent patienter encore ne le seront pas moins : l’imminente concurrence (Motorola Xoom, HTC Flyer, HP Touchpad, Samsung Galaxy Tab 2, LG Optimus Pad,…), sous Android, pourrait bien croquer Apple jusqu’au trognon…

© La Dernière Heure 2011

Publicité clickBoxBanner