New-Tech Après Amazon, Google et Microsoft, Apple devrait dévoiler son assistant/haut-parleur connecté. La nouvelle marotte du marché !

On a encore un peu de mal à les classifier. Enceintes intelligentes ? Haut-parleurs connectés ? Assistants vocaux à domicile ? Rien de tout ceci n’est faux, au moment de décrire la déferlante de produits qui s’insèrent dans le sillon tracé par Amazon. Si le géant de l’e-commerce (qui n’en finit plus de devenir bien plus que cela) a totalement loupé le train du smartphone, il fut l’un des premiers à monter dans celui des objets connectés. Et joue un rôle de pionnier sur l’émergent secteur de l’assistant vocal connecté.

C’est en 2014 qu’il a lancé Amazon Alexa, son propre assistant vocal intelligent. Alexa, c’est le système informatique, l’OS, et ses logarithmes de reconnaissance vocale. Amazon Écho, c’est l’objet, premier de son genre : un haut-parleur cylindrique capable de causer avec vous, de vous comprendre et de vous répondre. Vous pouvez lui demander de vous lire votre agenda, votre playlist Spotify, de paramétrer une alarme, lire des podcasts et des livres audio, lui demander la météo du lendemain comme l’état du trafic sur l’autoroute que vous vous apprêtez à emprunter. Écho est également capable de se muer en hub domotique de votre maison et de contrôler chauffage et éclairage (à condition d’opter pour du matériel compatible). Ses sept micros ne dorment jamais : Alexa vous écoute donc tout le temps, ce qui pose bien entendu la question du respect de la vie privée, qu’Amazon se fait fort de garantir.

Écho, sous Alexa, était donc la première du genre. Vendue 150 $, elle a reçu aujourd’hui quantité de petits frères : Écho Dot, Écho Tap, il y a peu Écho Look (muni d’une caméra, cet assistant juge votre… tenue vestimentaire) et pas plus tard qu’hier Écho Show, le premier assistant connecté muni d’un écran.

La concurrence, bien que partie plus tard, est bel et bien lancée également. Google, plus féroce rival d’Amazon, propose son Google Home, animé par Google Assistant, depuis un petit peu plus de six mois. Commercialisé 129 dollars, il fait peu ou prou la même chose qu’Amazon Écho. Et met en évidence le caractère incontournable du moteur de recherche maison, pour garantir le succès des recherches (vocales) de ses utilisateurs.

Comme tout le monde s’immisce dans la bagarre, cette semaine, c’est le troisième titan de l’IT, à savoir Microsoft, qui a dévoilé, avec la marque audio Harman-Kardon, son assistant maison. Baptisé Invoke, il a la particularité de pouvoir passer des coups de fil, notamment via Skype. Ce que ses concurrents ne sont actuellement pas capables de faire.

Alors que Samsung a depuis peu inauguré Bixby, son logiciel d’assistanat vocal maison, il ne manque plus que le titan du secteur, celui qui a rendu la recherche vocale célèbre : Siri, d’Apple. L’enceinte connectée made in Apple, intégrant Siri, est attendue avant la fin 2017 sur le marché. Elle lui permettrait de bondir de 18 à 36 millions d’unités écoulées, rien qu’aux États-Unis en 2017.

Pour l’instant, aucun de ces assistants n’est disponible en Belgique : ils ne "parlent" pas encore français. Une simple question de temps…