New-Tech

La cause de cette hausse programmée sur tous les terminaux Android ? L'amende XXL que l'UE a infligé à Google cet été pour abus de position dominante. Les iPhone ne sont pas concernés.

C'est le retour de bâton. Et il pourrait se muer en coup de bambou, du moins sur la facture des futurs acheteurs de smartphones sur le vieux continent. Le prix des smartphones en Europe (déjà sensiblement plus élevé que sur les autres marchés avec les taxes imposées par l’UE), va en effet plus que probablement grimper dans les mois qui viennent. Tout part de l'amende, historiquement salée, que la Commission Européenne a infligée au géant du Web en juillet dernier. 4,3 milliards d'euros (pour abus de position dominante), même lorsqu'on a des reins en titane comme Google, cela reste un montant gargantuesque. Que Google entend bien partiellement récupérer, tout en prenant l'Europe au mot. 

Il lui était reproché de forcer les constructeurs à utiliser ses propres services et applis, comme Google Search et le navigateur Chrome, préinstallés sur tous les smartphones Android dès le premier allumage? Google se plie à la décision, et laissera aux fabricants (Samsung, Huawei, Nokia, Sony, Wiko, Honor, LG, etc.) le choix, ou non, d'intégrer à leurs terminaux la liste des apps maisons Google (le Play Store, Google Search, Chrome, etc.). Contrepartie : le géant imposera, à ceux qui optent pour le maintien de cette intégration (ils seront légion : le Play Store est incontournable), le paiement d'une licence d'utilisation... Que les fabricants auront vite fait, à titre partiel au minimum, de répercuter sur le tarif réclamé à l'utilisateur final lors de l'achat de leur mobile...

Alors que les itérations les plus haut-de-gamme des derniers smartphones Android flirtent voire dépassent allègrement le seuil critique des 1.000 € (Huawei Mate 20 Pro annoncé cette semaine à partir de 999 €, Galaxy Note 9, etc.), on s'oriente donc vers une hausse généralisée des prix de nos mobiles, encore impossible à chiffrer pour l'instant.

Notons enfin que Google a interjeté appel de son amende de 4,3 milliards. Il faudra tabler sur plusieurs années avant d'avoir le fin mot sur cette guerre des tranchées juridique.