Santé Près de 20 % des Belges ont du quartz de synthèse dans leur cuisine, un matériau contaminé par des métaux lourds.

Alors que Batibouw vient de fermer ses portes et que de nombreux Belges en sont à finaliser l’achat de leur cuisine, l’une des questions qui se posent à eux est le choix du plan de travail. Entre les classiques stratifiés et mélaminés, la pierre de synthèse ou naturelle, le bois et les autres matières, il y en a pour tous les goûts.

Mais ce n’est pas forcément sans danger, à en croire les analyses menées par Philippe Ledrans, un fabricant français qui s’étonnait d’entendre certains de ses collègues raconter qu’ils avaient dû conduire des techniciens aux urgences après que ceux-ci avaient été pris de vertiges et de nausées en travaillant le quartz de synthèse. Pour lui, il s’agit ni plus ni moins d’un scandale sanitaire. Et il assure que cette matière, vendue chez tous les cuisinistes, n’est pas seulement dangereuse pour la santé lors du façonnage, mais également lors de son utilisation quotidienne en cuisine.

Alors qu’il réalise plus de 50 % de son chiffre d’affaires via les plans de travail en quartz de synthèse, il décide alors de cesser de vendre ce matériau et de faire réaliser des tests sur plusieurs échantillons pour en avoir le cœur net.

Les résultats de ces tests sont édifiants : un nombre important de substances potentiellement dangereuses est retrouvé dans le quartz de synthèse. Composés organiques volatils, hydrocarbures aromatiques polycliniques, phtalates, métaux lourds… La liste est longue et inquiétante. Dans deux échantillons, les teneurs en cadmium, un métal lourd cancérogène, atteignent 33,7 mg et 71 mg/kg alors que tout matériau en contenant plus de 0,04 mg/kg est considéré comme déchet dangereux. Idem pour le cuivre, avec des teneurs dépassant jusqu’à huit fois la norme jugée non dangereuse.

Pour le consommateur, il y a donc un risque réel de contamination des aliments posés sur le plan de travail, en particulier les aliments acides. De même, en posant un plat chaud sur un tel plan de travail, il n’est pas impossible que des composés volatils nocifs comme les phtalates s’en échappent et contaminent l’air ambiant.

Le risque majeur est de développer la silicose, une maladie dont les symptômes et le développement peuvent survenir longtemps après l’exposition. Du côté des principaux producteurs de quartz de synthèse, on réfute les résultats de ces analyses, assurant que toutes les exigences techniques imposées par les normes existantes sont respectées et que le produit ne présente aucun risque pour le consommateur.