Santé En 2016, 915 nouveaux diagnostics ont été enregistrés, contre 1.001 en 2015.

En moyenne, en Belgique, on enregistre 2,5 nouveaux diagnostics d’infection par le VIH par jour. Le chiffre est impressionnant. Il est cependant en baisse ! En 2016, 915 nouveaux diagnostics de VIH ont été enregistrés. "C’est en diminution de 9,8 % par rapport à l’année 2015 et de 25,1 % si l’on compare à l’année 2012" , indique l’Institut scientifique de santé publique (ISP) dans son rapport annuel.

Thierry Martin, directeur de la Plate-forme prévention sida, se réjouit du nombre de diagnostics en baisse : "Dans le rapport de l’ISP, on apprend que le nombre de tests de dépistage a augmenté de 5 %. Et, dans ce contexte-là, on constate également qu’il y a moins de nouveaux cas de VIH... C’est une nouvelle fort importante !"

Selon lui, l’augmentation du nombre de dépistages est clairement liée aux "campagnes de prévention qui insistent sur le dépistage. Les tests de dépistage sont notre pierre angulaire. Plus tôt on sait qu’on est infecté, plus tôt on peut commencer un traitement et arrêter la chaîne de transmission du virus !"

L’âge moyen des patients infectés augmente. "Les patients de 50 ans et plus sont passés de 19 % en 2006 à 34 % en 2015 !"

Que penser des jeunes qu’on déclare souvent mal informés sur le sujet et qui ne se protègent pas assez ? Se dépistent-ils ? Les chiffres présentés sont-ils le reflet de la réalité ? "Il faut relativiser ça", indique Thierry Martin. "Il n’y a pas de chiffres qui attestent qu’ils font moins de dépistages. Ce qu’on peut dire, c’est que les dépistages tardifs sont en baisse. Les campagnes de prévention VIH et IST visent de plus en plus les jeunes. On constate qu’ils sont insuffisamment informés sur le sida et les infections sexuellement transmissibles. Sur le terrain, la question de la transmission par une piqûre de moustique revient régulièrement."