Santé Après trois ans d’attente et d’hémodialyses, la petite battante a été greffée avec succès.

Ce coup de fil, Christopher et Julie l’attendaient frénétiquement, depuis 3 ans pour la petite Léa, 5 ans fraîchement fêtés, formidable battante, aussi. Il est tombé vendredi. "Ce vendredi matin à 9h30, nous avons reçu ce fameux coup de téléphone que nous attendons depuis 3 ans… Celui qui allait changer notre vie. Un rein est disponible pour Léa", décrivaient les parents de Léa sur Facebook.

C’est une demi-heure après le début d’une des séances de dialyse hebdomadaire que Léa doit subir que le téléphone a retenti. Le rein, rapatrié de Hongrie, a parfaitement répondu aux exigences de compatibilité (crossmatch), et Léa a été opérée en début de soirée durant six heures, le jour même.

"L’opération s’est très bien passée", ont rassuré les parents de Léa par la suite. "Grâce à un ange qui a fait le bon choix, Léa à la chance d’espérer une vie normale", souligne l’heureux papa, qui, avec sa compagne, s’est engagé intensément dans la promotion du don d’organes. "Nous ne remercierons jamais assez le donneur et sa famille d’avoir accepté de faire don de ses organes."

Quant à la petite Léa, elle en aura parcouru du chemin, depuis ce 21 janvier 2013, où, à l’âge de quatre mois à peine, son foie fut diagnostiqué en état de cirrhose et de nécrose avancé… Son papa, compatible, n’avait pas hésité une seconde à lui transmettre une partie de son propre foie, au terme d’une double opération relativement lourde.

Malheureusement , la maladie, tenace, après le foie, s’attaquait aux reins de la fillette. Ce qui l’a contrainte, trois ans durant, à subir des hémodialyses et à rester alitée, immobile, 16 heures par semaine durant. Une épreuve, mais que Léa affrontait avec un sourire qui a durablement imprégné les équipes médicales qui la traitent… La famille de Léa, candidate au don d’un rein, n’était toutefois pas compatible avec la petite, dont la précédente opération a durci encore les conditions de compatibilité. De nombreux étrangers avaient proposé d’offrir leur propre rein, mais le don d’organes de son vivant est limité aux proches. Qui plus est, bien que flattée, jamais la famille de Léa n’aurait accepté un cadeau aussi immense.

Début août 2017, Léa était placée sous liste européenne d’urgence pour un nouveau rein. Si les organes sont une denrée rare, c’est encore plus vrai pour de si petits enfants… Il aura fallu un peu moins de trois mois pour que le sort ne délivre la famille bruxelloise. Même s’il faut toujours rester prudent, la perspective de retrouver bientôt une vie normale se dresse maintenant devant la petite Léa…