Santé

La période est critique pour les allergiques aux graminées. 

"Les taux de pollen émis par ces plantes ont largement dépassé le seuil de 50 grains par mètre cube dans l'air à Bruxelles, ce qui signifie une période à risque pour le développement d'allergies", indique vendredi l'ancien Institut scientifique de Santé publique, aujourd'hui dénommé Sciensano. Après une saison pollinique des arbres anormalement intense cette année, les plantes herbacées démarrent leur saison. Et celle des graminées, une famille regroupant plus d'une centaine d'espèces en Belgique, a commencé de façon précoce.

A Bruxelles, la concentration en pollen de graminées a largement dépassé le seuil critique de 50 grains de pollen par mètre cube d'air, avec précisément 91 grains/m³ mesurés jeudi. "Nous entrons en période de haute-saison où la plupart des personnes sensibilisées risquent de ressentir les symptômes cliniques du rhume des foins", explique Nicolas Bruffaerts, responsable du réseau national de surveillance du pollen chez Sciensano.

Ces symptômes peuvent prendre des formes diverses: picotements, démangeaisons, larmoiements et rougeurs aux yeux, éternuements, nez bouché, sinus encombrés, perte d'odorat et de goût, écoulements nasaux et, dans certains cas, démangeaisons à l'arrière de la bouche et dans la gorge.

L'évolution des concentrations de pollen dans l'air dépend en grande partie des conditions météorologiques. Les périodes orageuses accompagnées de précipitations rabattent momentanément le pollen au sol.

Les graminées sont responsables d'allergies chez près d'un Belge sur six. Pour atténuer les désagréments, il est recommandé d'éviter toute activité sportive à l'extérieur, de porter des lunettes de soleil, de se laver les cheveux avant d'aller dormir, de ne pas ouvrir les fenêtres ou faire sécher son linge à l'extérieur.