Santé

"Maya présente la seule et unique cigarette Maya l'abeille": Greenpeace lance mercredi une vidéo dans le cadre de sa campagne, annoncée début mai, visant à supprimer les charcuteries sur lesquelles figurent des idoles d'enfants.

La vidéo, qui imagine la promotion de cigarettes Maya l'abeille, vise studio 100 et le saucisson de volaille à l'effigie de la célèbre abeille, dont la société de production détient les droits. "Désormais, les enfants peuvent aussi profiter d'une vraie cigarette! Pratique, le paquet en format mini pour les petites mains. Avec le meilleur tabac au goût délicieux et doux de miel", peut-on entendre dans la vidéo.

"Non, bien sûr, Maya ne fait pas la promotion de cigarettes", écrit Greenpeace. "Par contre, elle encourage la consommation de charcuteries pour enfants mauvaises pour la santé." Ces charcuteries "augmentent le risque de maladies comme le cancer colorectal, les maladies cardiaques coronariennes et le diabète de type 2 et le risque de mortalité".

C'est pourquoi Greenpeace souhaite que Studio 100 cesse d'exploiter Maya l'abeille pour "promouvoir des crasses auprès des enfants" en les remplaçant par "des alternatives saines, à base d'ingrédients d'origine végétale ou de la viande issue de l'agriculture locale et écologique". Un appel est lancé aux internautes à signer une lettre destinée à Hans Bourlon, CEO de Studio 100.

Dans le cadre de sa campagne, Greenpeace, qui milite pour une moindre consommation de viande, a fait analyser le saucisson de jambon Samson, le filet de poulet K3, le saucisson de volaille Maya, le saucisson de volaille Plop, le jambon supérieur Schtroumpfs et les saucisses Knack Schtroumpfs par un laboratoire indépendant, puis par deux diététiciennes pédiatriques. Il en ressort que ces produits sont tout aussi mauvais pour la santé que les autres charcuteries de supermarché.


"La campagne de Greenpeace sur les cigarettes Maya l'abeille est un peu simpliste"

Le nouveau spot de la campagne de Greenpeace est jugée quelque peu simpliste par la Fondation contre le cancer. "Manger de la charcuterie et fumer fait augmenter les risques de cancer, mais avec la charcuterie, cette chance est beaucoup plus faible", nuance mercredi l'organisation. Selon la Fondation contre le cancer, il existe une grande différence entre fumer et consommer des charcuteries. "Il y a une différence importante. Ce risque augmente 20 à 30 fois plus si l'on fume. Mais avec la charcuterie, le risque est beaucoup plus faible", selon le porte-parole de la fondation, Mathijs Goossens. "Contrairement au tabagisme, consommer de la charcuterie n'est pas addictif", ajoute-t-il encore.

Les parents ne doivent donc pas s'alarmer si leurs enfants mangent de temps en temps des charcuteries. "Mais il existe bien entendu des alternatives plus saines. La charcuterie contient peu de valeur nutritive et reste un risque", explique M. Goossens.

Le spot lancé mercredi matin par l'ONG a été vivement critiqué par la maison de production de Maya l'abeille, Studio 100. Son patron exige des excuses de la part de Greenpeace.


L'industrie du tabac se distancie également

Cimabel, la fédération belgo-luxembourgeoise des fabricants de cigarettes, se distancie de la campagne de Greenpeace. Pour la fédération, la vidéo qui vise en fait à dénoncer la présence d'idoles d'enfants sur les paquets de charcuterie, n'est pas judicieuse. Cimabel a bien conscience qu'il s'agit d'un petit film satirique destiné à un public d'adultes, mais craint "qu'en utilisant un personnage de dessin animé bien connu, certains enfants puissent être confrontés à une image qui familiarise aux produits du tabac".

"A une époque où les enfants, parfois très tôt, regardent de façon autonome des vidéos en ligne, il ne nous semble pas judicieux de diffuser de telles images. Le secteur souhaite rappeler que les produits du tabac sont uniquement destinés aux adultes."

La fédération rappelle qu'elle plaide depuis longtemps pour que la vente de cigarettes et tabac soit interdite aux mineurs, car il s'agit de la meilleure manière d'empêcher les jeunes de commencer à fumer.