Santé A l'image de la créature de Frankenstein, il sera possible, d'ici deux ans, de réaliser une transplantation totale de tête. C'est ce qu'assure le neurologue italien Sergio Canavero dans la revue  Surgical neurology Internation , rapporte  le Nouvel Obs. Depuis les années 70, les médecins, tel que Robert White, tentent en effet de réaliser cette opération délicate sur des singes. Un de leur cobaye aurait d'abord survécu plusieurs jours après avoir reçu la tête d'un de ses congénères. Puis la technique a été perfectionnée.  Pour l'homme, il faudra attendre encore deux ans.

Selon le chirurgien, la difficulté résidait dans la reconnexion de la moelle épinière entre la tête et le nouveau corps. Un problème que pense pouvoir résoudre l'Italien "grâce à l'utilisation de matériaux chimiques, qui permettent de rétablir les liens entre les fibres nerveuses". Il a d'ailleurs déjà dressé le profil des futurs patients. Le donneur devra être en état de mort cérébrale et avoir un corps intact, tandis que le receveur sera quelqu'un ayant une maladie ou une paralysie n'affectant pas le cerveau.

"La tête du receveur sera placée en hypothermie. Après, on collera la tête du receveur sur le corps du donneur, on reconnectera la moelle et les différents tissus. Si le patient survit à l'opération, il faudra ensuite qu'il entame une longue convalescence, un traitement anti-rejet pour le greffon, une thérapie pour s'adapter à son nouveau corps et des séances de kinésithérapie pour réapprendre à bouger", explique le chirurgien.

Il assure encore que les problèmes qui persistent aujourd'hui sont de nature matérielle et éthique. Une équipe de 100 personnes sera en effet nécessaire pour mener à bien l'opération qui risque de tenter plus d'un milliardaire. Sergio Canavero craint en effet que les riches chinois ne se servent parmi les prisonniers pour s'offrir une petite cure de jouvence.