Santé

La consommation de médicaments n’arrête pas d’augmenter en Belgique, ressort-il du dernier Tableau de bord pharmaceutique publié mardi par l’Institut national d’assurance maladie-invalidité (Inami). En 2012, 4,96 milliards de doses ont été délivrées. Cela représente une augmentation de 2 % par rapport à 2011. Depuis 2004, le nombre de doses a crû de 5 % par an. Précision : ces chiffres se rapportent uniquement à la prescription des spécialités pharmaceutiques remboursées dans la pratique ambulatoire. Les médicaments non remboursés, les préparations magistrales et les délivrances en milieu hospitalier ne donc sont pas pris en compte.

Au-delà de la consommation globale, à nouveau en hausse, quels sont les principaux enseignements de la dernière version de ce tableau de bord, réalisé par le comité d’évaluation des pratiques médicales en matière de médicaments ?

1. Quels sont les médicaments les plus consommés ? Quatre groupes de spécialités pharmaceutiques monopolisent près de trois quarts des doses prescrites (72,2 %). Au premier rang, figurent les médicaments cardio-vasculaires (contre l’hypertension et le cholestérol), qui constituent 40 % du total des prescriptions. Les trois autres classes les plus prescrites sont les médicaments du système gastro-intestinal et métabolisme (13 %, notamment pour le diabète), du système nerveux central (10,6 %, notamment les antidépresseurs et antidouleurs) et du système respiratoire (8,7 %, entre autres pour l’asthme).

À titre d’exemples : 1,4 million de patients ont reçu un remboursement pour au moins un médicament pour l’asthme ou la broncho-pneumopathie chronique obstructive; 2,5 millions pour l’hypertension; 600.000 pour le diabète; et 48.000 pour la maladie d’Alzheimer.

À noter que les antibiotiques ont toujours la cote. Le volume de prescriptions est à la hausse en 2012, comme en 2011.

2.  Qui sont les principaux consommateurs ? Globalement, l’usage des médicaments augmente avec l’âge, et les femmes consomment plus de doses que les hommes. C’est surtout vrai pour les 21-40 ans, chez qui les contraceptifs représentent un volume très important. Mais les hommes ont, par exemple, une consommation plus importante de médicaments du système cardio-vasculaire.

3. Quelle part pour les médicaments bon marché ? Le médecin moyen prescrit 31 % de médicaments sous la forme de génériques ou de copies. Si l’on tient compte des spécialités originales ayant baissé leur prix au niveau des génériques, on atteint 53,2 % des prescriptions en volume.

4. Qui prescrit ces médicaments ? Comme dans les précédents tableaux de bord, la grande majorité (82,3 %) est prescrite par les généralistes, contre 17,3 % par les spécialistes et 3,8 % par les dentistes.