Santé

L'Inami a déboursé 85,11 millions d'euros en 2014 pour les services d'urgence en Belgique, révèle le rapport d'audit comptable de l'Institut dont fait état jeudi Le Journal du Médecin.

L'évolution du recours des patients aux urgences est interpellante, puisque les chiffres traduisent 40% d'augmentation des dépenses en 5 ans. L'augmentation des dépenses en médecine d'urgence a atteint 5,47% sur douze mois (80,69 millions en 2013).

Mais c'est surtout le recours à ces services d'urgence hospitaliers par le grand public qui pose question. Les urgences ont ainsi enregistré plus de 4,45 millions de consultations en 2014 (4,29 millions en 2013, soit +3,67%). Le nombre des patients est en hausse constante ces dernières années: de plus de 34% depuis 2010 ou 1,14 million de patients supplémentaires. Et les dépenses afférentes ont logiquement suivi, affichant une progression de 40,84% sur la même période.

Le nombre de prises en charge aux urgences a atteint 2,56 millions (+3,1%). Le coût moyen par patient revient à 33,24 euros en 2014.

A noter que 1,31 million d'auscultations en urgence ont lieu lors de week-end et de jours fériés ou la nuit (507.999 patients en 2010, +116,84%).

Selon l'audit, 7.349 soins urgents ont été dispensés par des neurologues, psychiatres ou neuropsychiatres. Ce qui en fait les postes de dépenses les plus faibles.


Les médecins généralistes effectuent de moins en moins de visites à domicile

Les médecins généralistes belges (MG) ont effectué l'an dernier quelque 12,3 millions de visites à domicile, contre 16,4 millions en 2005. Il s'agit d'une baisse de 4,1 millions de visites à domicile en l'espace de 10 ans, dont 744.799 uniquement sur l'année dernière. Cette diminution est toutefois compensée par la hausse du nombre de consultations dans les cabinets médicaux, rapporte encore le Journal du médecin. Selon le dernier audit de l'Inami, le nombre de visites à domicile a chuté de 4.101.244 unités, soit une baisse de 25% entre 2005 et 2014.

Entre 2013 et 2014, avec une diminution de 5,7%, le total des visites a connu une plus forte baisse que les années précédentes, et a également dépassé ce qui était prévu par l'Inami en 2014. Mais cette diminution est aujourd'hui compensée par la progression des consultations dans les cabinets médicaux. "Alors qu'en 2005, les généralistes belges avaient facturé environ 28,4 millions de consultations à l'Inami, dix ans plus tard, ce chiffre atteint 33,3 millions (+17,4%), soit quelque 5 millions de prestations supplémentaires", souligne le Journal du médecin.

Le dossier médical global (DMG) connaît par ailleurs une évolution moins marquante qu'auparavant. Si sur dix ans l'évolution de l'honoraire correspondant est notable (+1.597.807 factures, soit 39,2%), par rapport à l'an passé, on stagne à 1,3%.


Le nombre de maisons médicales a doublé en 10 ans

Toujours selon le Journal du Médecin, le nombre de maisons médicales (MM) a plus que doublé en Belgique en 10 ans, passant de 67 en 2005 à 140 en 2014. Le nombre patients inscrits a également plus que doublé, passant de 143.294 en 2005, à 311.193 en 2014, ce qui correspond à 2,8% de la population belge. En ce qui concerne la répartition des MM et celle des patients inscrits, on relève que Liège, avec 6,4% d'inscrits, et la région de Bruxelles capitale (10%), se démarquent fortement de la moyenne nationale de 2,8%.

Les dépenses -incluant les forfaits des médecins, des kinésithérapeutes et des infirmier(ère)s- ont elles aussi suivi une courbe ascendante, passant de 32,4 millions d'euros en 2005 à 124,6 millions en 2015.

Pour ce qui est de la population concernée, les chiffres montrent que davantage de bénéficiaires de l'intervention majorée (BIM) -en comparaison avec la population totale- sont inscrits auprès d'une MM. Alors que 17% de la population belge couverte par l'assurance maladie-invalidité ont droit à l'intervention majorée, 41% des patients inscrits en MM sont bénéficiaires de cette intervention.

La population des MM est relativement jeune. Un médecin travaillant en MM soigne ainsi 4% de la population belge âgée de 10 à 19 ans, contre 2,17% de la population ayant entre 50 et 59 ans. 24% des patients ont plus de 50 ans, alors que les plus de 50 ans représentent 39% de la population belge assurée.