Santé Leur odorat hors du commun permet une détection précoce des cellules cancéreuses.

Les chiens sont en passe de devenir nos meilleurs alliés en matière de lutte contre le cancer. Une équipe de scientifiques français a présenté des résultats plus qu’encourageants sur l’efficacité de l’odorat des chiens pour la détection précoce des tumeurs.

En effet, les résultats obtenus par Thor et Nikios (les deux chiens détecteurs participant aux tests) atteignent 100 % de réussite après six mois d’entraînement.

Les malinois ont su distinguer avec succès les échantillons sains de ceux qui étaient porteurs de tumeur, sur un groupe de 130 femmes volontaires.

À ce stade, il ne s’agit que de la première étape de ce projet prometteur, mais sa validation donne de bons espoirs pour la suite.

La validation permet également d’autoriser le début de l’étude clinique, qui commencera en 2018 et s’appuiera sur une sélection de 1.000 femmes. Elle se déroulera sur une période de trois ans entre 2018 et 2021.

Deux nouveaux chiens de races différentes et conduits par un autre dresseur rejoindront les deux malinois pionniers du projet, afin "de démontrer également que le protocole Kdog est indépendant de la race du chien renifleur et de son maître" , a expliqué Aurélie Thuleau, ingénieur en biochimie impliquée dans le projet.

La détection du cancer par des chiens comporte de nombreux avantages : elle est peu coûteuse et pourrait être facilement mise en place dans les pays en voie de développement. La procédure pourrait également aider les personnes atteintes d’un handicap moteur à bénéficier d’un dépistage précoce.

En effet, la mammographie n’est pas toujours facile à effectuer pour des personnes à motricité réduite.

À l’origine, le projet est destiné à détecter des cancers du sein mais, devant les résultats positifs obtenus, "l’équipe de travail projette sur le long terme d’étendre cette méthode de dépistage à tous les types de cancer, notamment le cancer de l’ovaire" a indiqué l’Institut Curie.