Santé

Les hommes sexuellement actifs ont des options limitées pour contrôler leur fertilité: à savoir les préservatifs, la vasectomie ou l'hasardeuse méthode du "retrait" qui n'est pas vraiment fiable.


Ces méthodes sont loin d'être idéales, c'est peut-être l'une des raisons pour laquelle - dans les sondages - les hommes semblent être de plus en plus favorable à une pilule contraceptive hormonale.

Les essais cliniques, dirigés par l'université de Washington et présentés à Chicago lors d'un congrès dédié à l'endocrinologie, se sont révélés "prometteurs". Pourtant, cette option n'a toujours pas été concrétisée. Si c'etait le cas, des chercheurs spécialisés en santé publique estiment que le taux de grossesse non-planifiée chuterait.

Pourquoi n'arrive-t-on pas à se détacher du préservatif

En 2016, un essai clinique sur une injection contraceptive hormonale pour hommes a dû être arrêté à cause des préoccupations d'effets secondaires, des troubles de l'humeur important. Des effets secondaires qui sont pourtant similaires chez les femmes qui prennent la pilule... 75% des participants souhaitaient poursuivre l'étude mais l'un des deux comités indépendants en a décidé autrement.

Il semble difficile d'introduire de nouvelles méthodes contraceptives pour hommes sur le marché. Premièrement, car il faut surmonter une idée biologique qui est que l'homme produit des millions de spermatozoïdes chaque jour alors que la femme ne produit qu'un ou deux ovules par mois, explique Michael Skinner, un biologiste de l'Université de Washington. Deuxièmement car le besoin de contraception féminine est historiquement bien plus important puisque la grossesse et l'accouchement comportent des risques alors que les hommes ne font face à aucun danger semblable.

D'ici à ce qu'une pilule masculine soit commercialisée, il faudra donc patienter encore quelques années. Reste que cette dernière étude a permis de démontrer que son développement est très probablement sur la bonne voie.

Si la pilule pour hommes est loin d'arriver en pharmacie, ceux qui en ont marre des préservatifs optent pour d'autres solutions : par exemple, un gel qui bloque la production de sperme (et bloque les gonadotrophines, qui stimulent la production de testostérone).